×
Publicités
Publié le
3 sept. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le coton voit son prix s'envoler de 47% sur un an

Publié le
3 sept. 2021

Alors que débute une nouvelle saison de récoltes, le coton a atteint au 23 août un pic de 0,96 cents la livre. Une hausse de 47,7% par rapport au très bas niveau rencontré début septembre 2020. La hausse naturelle ayant accompagné les reprises de productions asiatiques fin 2020 est à ce jour accélérée par la reprise des commandes mais aussi par la persistante crise du fret et le boycott du coton lié aux Ouïghours.


Shutterstock



Cette hausse intervient alors que les analystes du département américain de l'agriculture (USDA) tablent sur une consommation mondiale de 123,3 millions de balles, pour la saison allant d'août 2021 à fin juillet 2022. Par trois fois seulement ce niveau aurait été atteint, selon les archives. La Chine, l'Inde et le Pakistan seraient les principaux clients de la matière sur la période qui s'ouvre.

Une période durant laquelle la production devrait de son côté afficher des niveaux stables, avec 118,8 millions de balles qui devraient voir le jour via la récolte 2021/2022. Sans surprise, l'Inde, la Chine et les États-Unis seront les principaux fournisseurs mondiaux, cumulant à eux-seuls 60% des quantités attendues.

Pour la seconde saison consécutive, la demande va donc excéder la production. Ramenant théoriquement les stocks mondiaux à 87,2 millions de balles, en retrait de 5% sur un an. Et surtout au plus bas niveau depuis trois ans.

Une situation qui n'est évidemment pas sans conséquence sur les prix. En particulier à l'heure où la demande mondiale de biens en coton, en particulier dans l'habillement repart à la hausse. Le marché doit également faire avec la crise du fret, qui multiplie de 3 ou 6 fois le prix du transport entre l'Asie et l'Occident, les confinements internationaux ayant déséquilibré la disponibilité des conteneurs entre les grands ports mondiaux.


USDA



A ceci s'ajoute un autre argument, plus politique, à la hausse des prix du coton. Nombre de grandes marques internationales ont décidé de boycotter le coton du Xinjiang, province dans laquelle Pékin est notamment accusée d'appliquer du travail forcé à la minorité musulmane Ouïghours. Une province qui concentre 80% de la production chinoise de coton, soit quelque 20% de la production mondiale. Derrière le bras de fer autour des Droits de l'Homme, le sourcing de coton prend donc un aspect de partie d'échec.

Car la Chine détient par ailleurs le plus gros stock mondial de coton, qui continue de se renforcer, selon la China Cotton Association. Sur la saison 2020-2021, les importations de coton devraient ainsi croître de 75% pour atteindre les 2,8 millions de tonnes, indique l'organisme. Une situation observée de près par la filière, qui se souvient que les massifs stocks chinois avaient contribué à faire exploser les prix il y a dix ans, après des récoltes désastreuses.


Shutterstock


Les prix atteints aujourd'hui restent cependant encore loin des 1,97 dollar atteints en mars 2011, lors de cette "crise du coton" de triste mémoire. Crise qui poussa notamment nombre de marques, déjà fragilisées par la crise des subprimes, à se tourner davantage vers des matériaux artificiels comme le polyester, ou à augmenter leurs prix de vente finaux. Des hausses de prix qui semblent à ce jour déjà envisagées par certaines enseignes, au sortir de la crise sanitaire.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com