×
7 321
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Le fabricant italien Albini veut créer une "Silicon Valley du textile" à Bergame

Traduit par
Sonia BROYART
Publié le
today 19 juil. 2019
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe italien Albini a beau avoir 140 ans d'histoire, il n'en garde pas moins le regard tourné vers l'avenir. Cette entreprise familiale établie dans la ville d'Albino, près de Bergame, au Nord de l’Italie, qui produit du textile depuis 1876, sort pas moins de 14 millions de mètres de tissus chaque année de ses usines. Sa spécialité ? Le coton, et dans une moindre mesure le lin, le denim ou encore la flanelle. Face au regain d'intérêt pour les matières en fibres naturelles, et aux avancées technologiques du secteur (pour remplacer le cuir d'animal par exemple, des tissus en fibres végétales ont fait leur apparition ces dernières années), Albini initie un grand laboratoire du textile sur ses terres lombardes. C'est ainsi que l'entreprise a présenté il y a quelques jours Albini_next, un think tank  visant à faire plancher ensemble scientifiques, designers et industriels sur le futur du secteur textile.


Le laboratoire d'idées Albini_next voit le jour à l'intérieur du Kilometro Rosso de Bergame


A l'intérieur du centre technologique de Bergame, baptisé Kilometro Rosso, Albini_next souhaite ainsi créer une « Silicon Valley du textile ». « Une approche dictée par la nécessité de trouver des solutions réelles et tangibles qui répondent aux thématiques liées à la durabilité éthique et environnementale », a rappelé Stefano Albini, président du groupe Albini, à la présentation du projet le 8 juillet dernier.
 
« Littéralement, "think tank" signifie "laboratoire de pensée"  et représente un groupe d'experts qui s’engage dans la résolution de problèmes ou dans la recherche créative. En effet, avec Albini_next, nous créons une plateforme d’innovation dont le premier objectif est de déterminer les changements à venir dans l’industrie des fibres naturelles dans les cinq prochaines années », a poursuivi Stefano Albini.

« Si jusqu'au siècle dernier, nos vêtements étaient réalisés uniquement en coton, lin, chanvre, laine et soie, aujourd'hui, il y a de nouvelles fibres textiles, comme le lyocell et les fibres dérivant de fruits, naturelles et écoresponsables. Avec Albini_next et grâce à la division de fils I Cotoni di Albini, nous voulons identifier les tissus du futur et les nouveaux procédés de production (…) en amenant les fibres naturelles à des niveaux de performance impensables aujourd'hui. En somme, nous voulons comprendre quelle sera la prochaine révolution et quels tissus nous porterons demain. »


Le Kilometro Rosso, le centre technologique de Bergame. DR DRAlbini_next est donc l'occasion de repousser les connaissances textiles via des partenariats avec des universités, des centres de recherche et des entreprises high-tech. DRAlbini_next est donc l'occasion de repousser les connaissances textiles via des partenariats avec des universités, des centres de recherche et des entreprises high-tech. DRAlbini_next est donc l'occasion de repousser les connaissances textiles via des partenariats avec des universités, des centres de recherche et des entreprises high-tech. - DR
Albini_next est donc l'occasion de repousser les connaissances textiles via des partenariats avec des universités, des centres de recherche et des entreprises high-tech.


Albini_next  est donc l'occasion de repousser les connaissances textiles via des partenariats avec des universités, des centres de recherche et des entreprises high-tech. Le groupe de travail sera composé d’une équipe de créateurs, designers, artistes, informaticiens, ingénieurs et économistes provenant d’écoles comme le Royal College of Arts de Londres, l’EMPA et la STF Textile School de Zurich, l’Università Bocconi, les Università degli Studi de Bergame et de Florence.

Leur tâche sera de penser, concevoir et proposer des projets innovants et audacieux en matière de textiles. Ces derniers seront ensuite évalués par un comité d'experts en vue de décider si le concept est ou non prompt à être commercialisable.
 
Le premier "dossier" d'Albini_next porte sur la laine. Provenant d'Australie et certifiée "mulesing free"(le mulesing est une pratique très controversée visant à l'ablation d'une partie de la peau périanale des moutons pour éviter les infections, ndlr) , elle est filée avec une technique d'avant-garde inspirée de l’univers du coton, pour obtenir un fil très fin, régulier et de grande qualité. Appelé « Hemotion », ce fil donne vie à un tissu en laine léger et thermorégulateur, avec une élasticité naturelle, lavable en machine, infroissable et résistant au boulochage.


Stefano Albini (à gauche) avec le directeur deKilometro Rosso, Salvatore Majorana


Le groupe d'Albino est dirigé par la cinquième génération de la famille, représentée par Fabio, Andrea et Stefano Albini, et détient les marques Albini 1876, Albini, Donna, Thomas Mason, David & John Anderson et Albiate 1830.

L’entreprise lombarde n'en est pas à son coup d'essai avec ce think tank. L'innovation est au cœur de ses réflexions pour rester compétitive face à la concurrence des pays à bas coûts. Elle a ainsi lancé fin 2018 le premier tissu de coton100 %  traçable, du champ où la matière première est cultivée jusqu'au point de vente : un projet mené pour le groupe français Kering en collaboration avec l'association de cultivateurs de coton Supima et la société spécialisée dans la traçabilité Oritain, qui s’est concrétisé lors de la dernière édition de Milano Unica avec le lancement du "4Flex", un tissu stretch omnidirectionnel, hautement flexible, transpirant et infroissable.


Vestes produites avec le tissu « Hemotion » sur le stand Albini deMilano Unica - G.B. - FashionNetwork.com


Premier producteur européen de tissus pour chemises, avec sept usines (quatre en Italie) et 1 400 employés dans le monde, le spécialiste du coton Albini a réalisé 152 millions d'euros de chiffre d’affaires fin 2018, en croissance de 2 %, pour un Ebitda à 13,7 millions et un bénéfice net de 2,75 millions.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com