×
Publicités
Par
Reuters
Publié le
30 sept. 2013
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le fondateur de Diesel ne voit pas de reprise en Europe du Sud

Par
Reuters
Publié le
30 sept. 2013

PARIS (Reuters) - Renzo Rosso, fondateur de la marque de jeans Diesel, ne perçoit pas de reprise en Europe du Sud et espère pouvoir annoncer une acquisition l'an prochain.

Renzo Rosso


Renzo Rosso, qui a bâti sa fortune avec son entreprise de jeans fondée en 1978, a élargi depuis son groupe avec l'acquisition des marques Martin Margiela, Marni et Victor & Rolf.

"Cela me fait sourire quand j'entends les hommes politiques parler de reprise économique en Italie", a-t-il déclaré à Reuters dans une interview.

Baptisé OTB (Only the Brave), le groupe a vu ses ventes progresser de 10% en 2012 à 1,5 milliard d'euros, pour un Ebitda de 140,6 millions, mais Renzo Rosso dit anticiper une moindre progression de son chiffre d'affaires cette année avec la crise en Italie.

A l'inverse, les marchés d'Europe du Nord restent solides en particulier en Allemagne, où les ventes progressent de plus de 10%, car "les Allemands deviennent plus axés sur la mode".

Le groupe italien espère faire une acquisition dans le courant de 2014, a indiqué Renzo Rosso, sans plus de précision. Selon le patron du groupe, la course pour le meilleur nouveau créateur devient aujourd’hui aussi intense que dans le football professionnel, comme en témoigne la vitesse à laquelle les groupes de luxe tel que LVMH investissent dans les talents émergents.

"La mode, c’est comme le foot, seuls les champions font la différence", a déclaré l’entrepreneur milliardaire à Reuters durant une interview à Paris.

Il y a quelques semaines, deux petites marques britanniques que regardait Renzo Rosso depuis plus de deux ans, J.W Anderson et Nicholas Kirkwood, ont été rachetées par LVMH.

"Nous avons aussi envisagé d’investir dans ces marques, mais nous ne nous attendions pas à ce que LVMH agisse aussi rapidement", a confié Renzo Rosso dans la même interview. Il a ajouté qu’il ne souhaitait pas construire un conglomérat. "Je n’ai pas envie de devenir géant, j’ai simplement d’être cool et moderne".

Alors que certains groupes familiaux changent de mains faute de plan de succession clair, Renzo Rosso a affirmé avoir assuré la sienne, ayant nommé un de ses fils, Stefano (34 ans), numéro deux de l'entreprise, l'aîné, Andrea (36 ans) étant chargé de la création artistique de 55DSL, la deuxième ligne de Diesel.

OTB, qui pourrait lever, si besoin, jusqu'à 500 millions d'euros de dettes pour réaliser une acquisition, n'est pas intéressé par la Bourse. "Tous mes amis qui l'ont fait me déconseillent de le faire", a dit Renzo Rosso.


Astrid Wendlandt (avec la contribution de Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot, avec Florent Gilles pour FashionMag)

© Thomson Reuters 2022 All rights reserved.