×
Publicités
Par
Les echos
Publié le
9 août 2007
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le fonds de Dubaï Istithmar a la voie libre pour acquérir l'Américain Barneys

Par
Les echos
Publié le
9 août 2007

Le groupe d'habillement japonais Fast Retailing a annoncé qu'il renonçait à son offre sur la chaîne de grands magasins américains Barneys, après que le fonds de Dubaï Istithmar a une nouvelle fois enchéri.


Un homme passe devant le magasin Barneys New York en juin 2007 - Photo : Timothy A. Clary/AFP

Après plusieurs semaines de bataille, la voie est désormais libre pour Istithmar pour acquérir la chaîne de grands magasins américains Barneys. Le groupe d'habillement japonais Fast Retailing, connu pour son enseigne Uniqlo, vient en effet d'annoncer qu'il renonçait à son offre après une nouvelle surenchère du fonds d'investissement de Dubaï Istithmar.

Le propriétaire de Barneys, la société Jones Apparel Group, avait fait savoir mercredi 8 août qu'elle accordait sa préférence à la dernière offre d'Istithmar (942,3 millions de dollars en numéraire), et avait donné à Fast Retailing jusqu'à jeudi 9 août au soir pour une éventuelle surenchère.

Fast Retailing avait proposé 950 millions de dollars, mais l'acceptation de cette offre aurait obligé Jones Apparel Group a verser 34,7 millions de dollars de pénalités à Istithmar, avec qui un contrat avait déjà été signé. "Nous commençons à constater une disparité entre notre estimation de la valeur de l'entreprise et le prix que nous devrions payer pour l'acquérir", a expliqué à l'AFP le porte-parole de Fast Retailing, Terunobu Aono. "D'un point de vue économique, ce n'est plus rationnel", a-t-il ajouté.

La bataille pour le contrôle de Barneys New York avait débuté en juin. Jones Apparel Group avait d'abord signé avec Istithmar, un fonds contrôlé par le gouvernement de Dubaï, un contrat de vente pour 825 millions de dollars. Mais Fast Retailing avait surenchéri à 900 millions de dollars, et avait dans un premier temps reçu l'approbation de Jones Apparel Group. Istithmar avait alors égalé l'offre à 900 millions de dollars, puis Fast Retailing avait à nouveau surenchéri à 950 millions, avant l'offre finale d'Istithar pour 942,3 millions plus la dispense de pénalité.

Le fonds de Dubaï multiplie ces dernières années les acquisitions aux Etats-Unis. Il avait annoncé en mai 2006 le rachat pour 300 millions de dollars de la chaîne de magasins Loehmann de New York, qui avait fait faillite sept ans auparavant. En octobre 2006, il avait acquis pour 285 millions de dollars un luxueux hôtel de Manhattan, le W Hotel Union Square. Il a également acheté l'an dernier au prix fort plusieurs immeubles au coeur de Manhattan. En juin dernier, il a encore annoncé l'achat du célèbre paquebot de croisière Queen Elizabeth II pour en faire un hôtel flottant à Palm Jumeirah, une île artificielle au large de l'émirat de Dubaï.

La pugnacité manifestée par Fast Retailing pour tenter d'emporter la partie s'inscrit dans le cadre de son plan d'expansion lancé en 2005, grâce auquel il espère devenir en 2010 "le numéro un mondial du vêtement décontracté" avec des ventes de 1 000 milliards de yens (6 milliards d'euros) par an. Le groupe nippon mène depuis une intense campagne d'acquisitions de nouvelles enseignes et d'ouvertures de magasins Uniqlo à l'étranger (Etats-Unis, Chine, Corée du Sud, Royaume-Uni, France), dans le but d'entrer en concurrence frontale avec l'américain Gap et l'espagnol Zara.

(avec AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Les Echos