×
Publicités
Par
AFP
Publié le
9 avr. 2015
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le fonds LBO France négocie le rachat des vêtements IKKS

Par
AFP
Publié le
9 avr. 2015

La société de capital investissement LBO France a annoncé jeudi être entrée en négociations exclusives avec Roger Zannier pour le rachat de son groupe de prêt-à-porter IKKS.

L'entreprise, qui se positionne sur le segment du « chic décontracté » et propose les marques IKKS, One Step et I.Code, a généré en 2014 un chiffre d'affaires de plus de 300 millions d'euros, dont près de 20 % réalisés à l'international.

Elle dispose d'un réseau de 526 boutiques et commercialise également ses produits chez des détaillants multimarques et sur Internet.

« Aux côtés de l'équipe de management, LBO France souhaiterait poursuivre le programme de développement du groupe, notamment en accélérant le développement de la marque à Paris, en permettant le déploiement de larges moyens de communication, ainsi qu'en soutenant son expansion internationale », souligne un communiqué.

« Le groupe, qui connaît une croissance soutenue, a démontré la résilience de son modèle et la force de son positionnement unique dans l'univers du "casual chic"», a justifié Vincent Briançon, directeur associé à LBO France, cité dans le communiqué. « Nous sommes séduits par le potentiel de la marque IKKS et la qualité du management. »

IKKS avait été cédé en 2014 par le groupe de mode Zannier, qui souhaitait se recentrer uniquement sur la commercialisation de vêtements pour enfant, à son fondateur Roger Zannier.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.