×
Publicités
Publié le
11 déc. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le futur de Maison & Objet s'inscrit en Asie et aux Amériques

Publié le
11 déc. 2013

A travers deux nouveaux rendez-vous (à Singapour, du 10 au 13 mars 2014 et à Miami du 12 au 15 mai 2015) la manifestation poursuit un seul but stratégique: développer le rayonnement international du salon parisien (dont la prochaine édition est programmée du 24 au 28 janvier à Villepinte) et lui assurer un nombre de plus en plus grand de visiteurs étrangers.

Maison & Objet a prévu une édition à Miami en mai 2015


"Tous ceux qui pensent qu'organiser un salon à Singapour et un autre à Miami entraînera une diminution du trafic sur notre rendez-vous parisien se trompent. Je suis persuadé que l'effet sera opposé: on accueillera un public plus nombreux d'Asiatiques et d'Américains à Villepinte", déclare Franck Millot, directeur commercial de la Safi, qui organise Maison & Objet.

En rencontrant la presse dans l'un des salons du palace parisien Shangri-La (clin d’œil à l'Asie désormais proche), le staff dirigeant du salon insiste sur la valeur ajoutée de ce développement sur des continents autres que l'Europe.

"L’Asie du Sud-Est représente encore un petit chiffre d'affaires dans l'art de vivre, mais avec un potentiel incroyable et grandissant. Pour l'Amérique du Nord, nous avons constaté depuis un an une reprise des ventes dans ce secteur. Le choix de nous poser à Miami nous permettra d'atteindre en parallèle le marché sud-américain, en pleine expansion, avec des pays comme le Mexique et le Brésil qui montrent un grand intérêt pour la maison et l'art de recevoir", ajoute Franck Millot.

Le moment est donc venu pour M&O d'aller chercher sur d'autres territoires les succès commerciaux qui montrent quelques signes de faiblesse dans les marchés plus "mûrs" et touchés par la crise comme l'Italie et la France.

"Nous y constatons une baisse des ventes, c'est sûr. Mais, pour compenser cela, il y a une augmentation de la demande dans le super-luxe que les maisons françaises savent si bien exprimer. Là, pas de turbulences, bien au contraire", souligne Franck Millot.

C'est peut-être pour aller en direction de cette consommation plus exclusive et premium que, pour la prochaine édition parisienne, les organisateurs ont redéployé Scènes d'Intérieur (hall 7), en ouvrant un espace Gallery (scénographié par le designer Noé Duchaufour Lawrance) consacré à 130 créateurs. Des designers, artistes et artisans qui travaillent avec un souci d'excellence et d'unicité du produit.

"Dans une époque où on assiste à une internationalisation et standardisation de l'offre, même dans le luxe, on cherche, forcément, les produits rares et en édition limitée. La créativité et le savoir-faire sont très recherchés par les acheteurs et les prescripteurs pour répondre aux envies d'exception exprimées par les consommateurs d'aujourd'hui", affirme le manager.

Le salon de janvier marquera un gros changement aussi dans le secteur de la cuisine, pour se rapprocher de notre société qui donne plus d'importance au food et à ses expressions conviviales. L'art de recevoir a réécrit ses règles et affiche l'envie d'un partage d'émotions qui se conjugue avec de nouveaux espaces de vie. M&O lance ainsi Cook & Design, un forum dédié aux dernières tendances culinaires, dans le hall 3, aménagé comme un lounge bar où les grands chefs défileront pour animer des ateliers, organiser des dégustations ou encore se confronter avec les designers.

Le forum des tendances, sous le libellé Elsewhere, qui témoigne de la résurgence du rêve venu d'ailleurs, réunira trois experts fidèles depuis longtemps à ce rendez-vous: Elisabeth Leriche, Vincent Grégoire et François Bernard.

Le nombre d'exposants reste inchangé, environ 3000. "Certaines entreprises concernées par le ralentissement de l'activité ont préféré réduire leur stand mais il n'était pas question pour elles de renoncer à exposer". Quelques oscillations tout de même dans leur composition. "Il y a plus d'Italiens. Normal: ils viennent chercher une visibilité internationale car leur marché intérieur est en forte baisse". On attend autour de 80 000 visiteurs.

Accueillie dans le prestigieux Marina Bay Sands Expo de Singapour, l'édition asiatique de mars devrait accueillir entre 150 et 180 exposants, dont 30 % d'entreprises locales, qui ne viennent pas à Paris et auront ainsi l'occasion de se confronter avec un plus large public.

Silvia Manzoni

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com