×
Publicités

Le gouvernement incite les PME à s’impliquer dans son plan France Relance

Publié le
14 sept. 2020
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L’opération séduction continue. Ce 14 septembre, le Premier ministre Jean Castex, accompagné de plusieurs de ses ministres, participait à la réunion du Conseil national de l’Industrie. Une visite au sein de l’entreprise Bic, qui visait à inviter les entreprises à s’impliquer dans son plan de relance. Le 3 septembre, le gouvernement français présentait son plan France Relance de 100 milliards d'euros, annonçant trois axes majeurs : transition écologique, souveraineté industrielle et cohésion sociale.


Le Premier ministre, Jean Castex, dit vouloir mobiliser toutes les entreprises - AFP



Mais après les annonces, le gouvernement doit donc convaincre les entreprises de s’impliquer dans ce plan. "France Relance comprend 35 milliards d’euros d’aide à l’industrie d’ici 2022, précise Jean Castex, dont 800 millions d’euros disponibles dès cette année pour soutenir les appels à projet pour la souveraineté industrielle, modernisation des filières automobile et aéronautique. Nous avons la détermination d’aller vite. C’est d’abord pour l’industrie qu’a été conçue la baisse des impôts de production (20 milliards d’euros sur les deux prochaines années, Ndlr). Ce plan fonctionnera à une seule et unique condition : votre totale collaboration. Cela nécessite que toutes les entreprises, quelle que soit leur taille et leur activité se mobilisent."
 

Précisions sur le remboursement des PGE

Et pour mobiliser les sociétés, le gouvernement multiplie depuis début septembre les messages rassurants. Le ministère de l’Économie et des Finances et de la Relance a d’abord voulu apporter de la visibilité aux chefs d’entreprises. Bercy a ainsi la semaine passée précisé les modalités de remboursement du prêt garanti par l’État. Il a ainsi souligné que les échanges avec le comité exécutif de la Fédération bancaire française ont permis de valider les conditions de ce dispositif qui concerne à 95 % des TPE/PME.

"Grâce aux prêts garantis par l’État, près de 600.000 entreprises ont bénéficié d’un renfort de trésorerie indispensable pour faire face à la crise, précisait la semaine passée Bruno Le Maire. En partenariat avec les banques, nous leur donnons plus de visibilité sur les conditions de remboursement de ces prêts. Notre objectif : faciliter le remboursement des PGE pour toutes les entreprises, à un coût modéré."

Dans les faits, le ministère a annoncé "la possibilité ouverte aux entreprises de solliciter jusqu’à 6 mois de moratoire sur leurs échéances de crédit bancaire". Les entreprises pourront étaler le remboursement des prêts garantis par l’État sur une période maximale de six ans. Si certains acteurs s’interrogent sur la capacité des entreprises à engager les remboursements alors que les niveaux d’activité et de carnets de commandes restent encore bas, le gouvernement appuie sur les modalités validées avec les acteurs bancaires.
 
"Les membres de la Fédération bancaire française ont réaffirmé leur engagement de proposer cette option à prix coûtant sur la durée totale du prêt, précise Bercy. Pour les très petites entreprises et pour les petites et moyennes entreprises, cela devrait permettre, dans les conditions actuelles de taux, de proposer une tarification maximale de 1 à 1,5 % pour des prêts remboursés d’ici 2022 ou 2023, et de 2 à 2,5 % pour des prêts remboursés d’ici 2024 à 2026, coût de la garantie de l’État compris."

Les comités stratégiques de filière prochainement actualisés


 
Un contexte qui doit permettre à toutes les entreprises, qu’elles aient bénéficié d’un PGE ou non, de s’engager dans une démarche de relance. Côté industrie, des montants sont aussi annoncés pour de grands axes, même si les acteurs des filières mode et textile n’ont pour l’heure pas clairement la feuille de route. Ils doivent être prochainement réunis, comme ceux des 17 autres filières industrielles, pour actualiser le contrat stratégique (CSF) à l’aune des trois axes phares de France Relance pour début 2021.
 
Sur les 800 millions annoncés par le Premier ministre ce 14 septembre, 200 millions sont identifiés pour la décarbonation de l’industrie, 300 millions pour les fonds de soutien à la modernisation des filières automobile et aéronautique, 150 millions pour les projets portés par les territoires, dont les Territoires d’Industrie, 100 millions pour renforcer la relocalisation des chaînes de valeur critiques et 40 millions pour soutenir l’industrie du futur et la modernisation des chaines de production.

D’ici là, Bercy a dans un premier temps créé un guide à l’attention des entreprises détaillant les dispositifs d’aides et d’accompagnement mis en place, et compte sur les services de la Direccte et des chambres de commerces et d’industrie de toute la France pour faire la promotion des solutions proposées.
 
Lors du Conseil national de l’industrie, le Premier ministre a sollicité les représentants du patronat pour appuyer "la mobilisation générale des entreprises industrielles, notamment les PME et les ETI pour qu’elles s’intègrent au plan de relance et bénéficient des financements proposés. Je compte sur vous pour battre le rappel, transmettre l’information et susciter les projets, en partenariat avec les réseaux consulaires, car toutes les entreprises industrielles doivent être à bord dès à présent."

Le Premier ministre a souligné les projets de mesures pour la simplification administrative pour permettre "d’accélérer la mise en œuvre des projets d’extensions ou d’implantations industrielles". Et aussi mis le doigt sur le sujet de la commande publique : "Il y a des choses à faire. Notamment pour intégrer plus de clauses sociales et environnementales pour faciliter l’accès pour les plus petites entreprises". Une perche tendue que les représentants de l’industrie textile, comme Yves Dubief ou Marc Pradal, qui défendent cet axe de longue date, ne devraient pas manquer de saisir à l’occasion des discussions avec la filière.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com