Le groupe Eram va faire disparaître l’enseigne Staggy

Dans une optique de rationalisation, qu'il poursuit depuis plusieurs mois, le groupe Eram a décidé de stopper l’activité de l’enseigne Staggy, a appris FashionNetwork.com. Un format de magasin créé en 2002, qui distribue à travers 24 points de vente français une offre de chaussures multimarques sport et lifestyle. Des fermetures progressives qui s’échelonneront durant l’année 2019.


Ambiance street dans les magasins Staggy - Staggy

Les points de vente Staggy seront pour majorité convertis sous une autre enseigne du groupe, tandis que quelques magasins seront cédés. « Nous allons arrêter cette enseigne qui parvient difficilement à trouver sa place au milieu des grandes enseignes de sport », contextualise la direction.

L’enseigne ciblant les jeunes urbains, hommes et femmes, distribue des marques comme Adidas, Nike, Le Coq Sportif, Converse, Superga, Toms, Fjallraven ou Birkenstock, mais aussi des labels du groupe : Mellow Yellow, mais aussi Faguo (dont il détient une part minoritaire). Certaines de ces marques commercialisées par Staggy vont en conséquence prendre place au sein de l’offre à l'enseigne Eram, qui présentera donc un accent plus sportif.

Côté ressources humaines, Staggy emploie environ 65 personnes. Leur avenir est encore incertain : « Dans la mesure de nos possibilités, et selon que les magasins seront transformés ou cédés, nous organiserons le transfert de nos équipes de manière à favoriser les mobilités vers des magasins du groupe, nous indique-t-on chez Eram. Il est cependant possible que certaines situations individuelles ne trouvent pas de solutions en interne. Nous mettons tout en œuvre pour que leur nombre soit très limité ».


A Paris, l'enseigne dispose d'un point de vente situé rue du Faubourg Saint-Antoine. - Staggy

Cette nouvelle intervient alors que le groupe du Maine-et-Loire a entrepris de se restructurer. On apprenait en novembre dernier sa volonté de se séparer de 96 magasins des enseignes Heyraud et Texto. Ce qui occasionne actuellement la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi menaçant 274 postes. Là aussi, des reclassements doivent être identifiés. Rappelons également qu'en 2017, le périmètre du groupe avait déjà été remodelé par la cession du pôle déficitaire Agora Distribution (Tati, Fabio Lucci…).

Dans ce contexte de recul de la consommation d'habillement et de chaussures, doublé d'une concurrence accrue – notamment de la fast-fashion et des acteurs digitaux -, le groupe Eram n’est pas le seul mastodonte français de la mode à faire le choix de supprimer une enseigne. Fin 2018, le groupe Beaumanoir a quant à lui annoncé la disparition de Scottage pour des raisons économiques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - ChaussuresDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER