×
6 480
Fashion Jobs
Publicités

Le groupe américain Gap et Old Navy se scinde en deux

Par
AFP
Publié le
today 1 mars 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

New York, le 28 février 2019 (AFP) - Le groupe textile américain Gap a annoncé jeudi soir une vaste restructuration comprenant sa scission en deux entreprises distinctes, cotées séparément en Bourse, et envisage de renommer la maison mère.


Gap scinde Old Navy, le titre bondit


Gap, qui a pris du retard dans le commerce en ligne et pâtit de la concurrence de H&M et Zara, va également fermer 230 magasins à travers le monde, soit 6,3% de son portefeuille total dans les deux prochaines années, pour faire des économies, a-t-il annoncé dans un communiqué.

La société, présente dans une quarantaine de pays à travers le globe, n'a pas indiqué le nombre d'emplois qui vont être affectés par cette restructuration ni les régions concernées.

Elle fait juste valoir que le manque à gagner sera de 625 millions de dollars en termes de ventes. L'objectif du groupe est d'économiser 90 millions de dollars par an.

A Wall Street, le titre flambait de plus de 25% dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance.
Pour ce qui est de la scission, la marque bon marché Old Navy, qui a réalisé à elle seule l'an dernier un chiffre d'affaires de 8 milliards de dollars, va devenir une société indépendante et restera basée à San Francisco. Sonia Syngal, à la tête de la marque Old Navy depuis 2016, en deviendra la patronne.

Les autres griffes (Gap, Banana Republic, Athleta, Intermix et Hill City) vont être logées sous le même toit. Cette entité, dont les ventes cumulées étaient de 9 milliards de dollars l'an dernier, se fera appeler pour l'instant "Newco" mais Gap indique que c'est un nom temporaire. S'il était maintenu, le nom Gap ne désignerait plus que les magasins de la marque Gap. Cette nouvelle entité sera dirigée par Art Peck, l'actuel patron du groupe Gap.

Santé chancelante

"Après un examen approfondi du conseil d'administration, il est clair que le modèle économique de old Navy et ses clients diffèrent de plus en plus des marques spécialisées", explique Robert Fisher, le président du conseil d'administration. Et d'ajouter : "Chacune des marques nécessite donc une stratégie différente pour aller de l'avant (...) la séparation est le meilleur chemin à suivre pour nos marques".

Old Navy se distingue par ses prix bas qui rendent ses articles accessibles au plus grand nombre. Cette politique a permis à la marque d'afficher une hausse de ses ventes lors des dernières années, alors que les autres griffes du groupe broient du noir.

L'an dernier, les ventes en magasins comparables ont augmenté de 3% chez Old Navy, alors qu'elles ont diminué de 5% pour la marque Gap et n'ont progressé que de 1% chez Banana Republic.

Le groupe Gap Inc, qui avait été créé en 1969 par Donald Fisher et Doris Fisher, espère finaliser cette opération en 2020, après le feu vert de son conseil d'administration et autres procédures règlementaires.

La scission de Gap intervient au moment où les marques de l'habillement américaines souffrent de la concurrence du prêt-à-porter de masse, incarné par H&M ou Zara, ainsi que de l'explosion du commerce en ligne.

Les groupes textiles se tournent ainsi vers les réductions de coûts, en l'occurrence des suppressions d'emplois et fermetures de magasins, pour arrêter l'hémorragie, mais de nombreux analystes doutent que ce soit suffisant pour résister à l'offensive d'Amazon et de plateformes électroniques spécialisées dans le textile.

Outre l'habillement, les autres segments de la distribution présentent également une santé chancelante, symbolisée par la disparition de deux grands groupes, le magasin de jouets Toys "R" Us et le magasin d'articles de sports Sports Authority. La chaîne de magasins Sears s'est quant à elle déclarée en faillite.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.