×
Publié le
19 janv. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe Beaumanoir place Thomas Hamelle à la tête de La Halle

Publié le
19 janv. 2021

Un nouveau capitaine prend la barre de La Halle. L’enseigne de mode familiale, appartenant précédemment au groupe Vivarte, a connu une année 2020 mouvementée marquée par un redressement judiciaire puis un changement de main. Sous l’ombrelle du groupe Beaumanoir (Cache Cache, Bonobo, Morgan, Vib’s…) depuis l’été dernier, elle sera désormais pilotée par Thomas Hamelle, qui endosse le rôle de directeur général à compter du 1er février.


L'intérieur d'une boutique La Halle - La Halle


Expert du secteur mode et retail, Thomas Hamelle a officié au cours de sa carrière au sein de plusieurs grandes enseignes françaises. Il évoluait depuis 2016 au sein d’Orchestra-Prémaman, en tant que directeur général puis directeur des opérations, après avoir été le directeur général de Jennyfer pendant deux ans. De 2010 à 2014, il a occupé ce poste au sein de l’enseigne Burton of London, après avoir déjà œuvré chez Orchestra de 1998 à 2005, et chez Jacadi de 1989 à 1998.

"Thomas Hamelle a travaillé pour tous les segments de marché du prêt-à-porter que sont l’homme, la jeune fille, la femme et l’enfant. C’est assez rare, et il s’agit pour le groupe du bon profil pour prendre la direction de La Halle, qui s’adresse à toute la famille", explique un porte-parole de l’enseigne à FashionNetwork.com. Depuis l’acquisition de La Halle, c’était le directeur général de Beaumanoir, Jérôme Drianno, qui assurait l’intérim et l’intégration de la marque au sein de l’écosystème du groupe.

En s’adjugeant 366 magasins La Halle (et en reprenant 2.520 emplois), la société malouine qui vient de céder le contrôle de ses activités en Chine, a complété son portefeuille de marques, elle qui ne disposait pas d’une enseigne d’habillement équipant à bas prix l’homme, la femme et l’enfant. Elle entend la moderniser, notamment sur le plan technologique et logistique, et y consacre une enveloppe d’investissement de 60 millions d’euros.

Affaiblie de longue date et frappée de plein fouet par la crise du Covid-19, l’enseigne qui générait 847 millions d’euros en ventes en 2018/19 aurait perdu près de 80 millions d’euros de chiffre d’affaires durant le premier confinement, ainsi que l’expliquait Vivarte. Ce qui a ensuite précipité son placement en procédure de sauvegarde en avril, puis en redressement judiciaire quelques semaines plus tard.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com