×
Publicités
Publié le
17 avr. 2015
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe Etam a plutôt bien vécu 2014

Publié le
17 avr. 2015

Tranquillement mais sûrement et, faut-il le rappeler, dans une certaine discrétion, le groupe Etam tient son rang au milieu des autres distributeurs. Malgré la morosité ambiante et ses ennuis chinois récurrents, le distributeur français a enregistré sur 2014 un résultat net part du groupe en croissance à deux chiffres, de 13,3 %, à 24,1 millions d‘euros. Le résultat opérationnel courant a lui progressé de 5,4 %, à 51,7 millions. Le taux de marge brute a progressé de 1,1 point, à 59 %.

Le récent défilé Etam Lingerie - AFP / Miguel Medina

Pour le groupe, il s’agit d’une conséquence de l’impact net favorable de l’écoulement des stocks résiduels en Chine et de l’amélioration des marges commerciales des activités de prêt-à-porter en Europe.
 
Des données positives faisant suite à un chiffre d’affaires en très légère croissance, de 0,4 point, à 1,220 milliard d’euros.

Toutes les enseignes et les régions n’ont certes pas obtenu les mêmes résultats. Etam en Europe a enregistré une croissance de 3,1 % de son activité en comparable. Mais l’enseigne a encore enregistré un recul, de 3,6 %, en Chine. L’enseigne 1.2.3 a été quasi stable.
 
Globalement, le groupe a enregistré sur le continent européen une progression de 4,3 % de son chiffre d’affaires (2,5 % à surface comparable et taux de change constant), à 838 millions d’euros.
 
Sur le front des résultats, toujours en Europe, le résultat opérationnel courant a reculé de moins de 1 %, à 58,2 millions d’euros.
 
L’enseigne Etam (y compris le concept Undiz), toutes zones géographiques confondues, a enregistré un chiffre d’affaires de 679,1 millions d’euros en croissance de 5,4 % en réel et de 3,1 % en comparable. Le résultat opérationnel courant a reculé de 1 %, à 40,1 millions.
 
Concernant 1.2.3, si le chiffre d’affaires fut quasi stable donc, à 158,8 millions d’euros, le résultat opérationnel courant a progressé de 12,9 %, à 3,7 millions d’euros. Il ne pèse certes que 2,3 % de l’activité !
 
L’activité chinoise est elle toujours en perte mais son montant s’est réduite de 32,8% pour s’afficher à 6,6 millions d’euros.
 
Sur le premier trimestre 2015, le chiffre d‘affaires groupe a progressé de 5,9 % en réel et de +0,9 %  en comparable.
 
L’Europe a progressé en réel de 2,7 % et de 1,7 % en comparable, à 214,9 millions d’euros. Avec une croissance de 2,7 % en réel et de 2,3 % en comparable en France, à 191,1 millions d’euros. La Chine a connu une forte croissance en réel, de + 11,7 %, à 131,2 millions, mais a reculé de 0,8 % en comparable.
 
Enfin, en Europe, par marque, Etam a très bien fonctionné avec une progression en réel de 4,3 % et en comparable de 3,6 %, à 175,5 millions d’euros. En revanche 1.2.3, avec 39,3 millions, a reculé de 3,8 % en réel et de 5,6 % en comparable.
 
Le groupe de distribution s’est donné une multitude d’objectifs sur 2015. Chez Etam, il vise notamment un  élargissement de l’offre produits à vocation internationale afin d’accélérer le développement, la croissance des zones de sourcings alternatives pour contrer l’effet dollar et la poursuite du déploiement d’Etam beauté . Le multicanal et les réseaux sociaux sont évidemment au cœur des préoccupations.
 
Enfin, toujours concernant l’enseigne Etam, le distributeur vise l’ouverture de nouveaux marchés via de nouveaux partenaires en Asie du Sud-Est et en Amérique du Sud notamment , mais aussi « l’ouverture en succursales d’un pays mature significatif », probablement en Europe.
 
Chez 1.2.3, les objectifs portent sur la remise à niveau rapide du parc de magasins par un relooking light, le développement du e-commerce, l’accélération de l’affiliation en France, une poursuite du déploiement en Suisse et l’ouverture de nouveaux territoires : Chili, Pérou, Colombie, Ile Maurice et Réunion.
 
En Chine, le distributeur entend créer une business unit spécifique pour les magasins de centre commercial et la reprise de leur développement. S’il est encore prévu de fermer des corners, le système retenu à ‘époque où Etam est arrivé en Chine, ces fermetures devraient ralentir.
 
A ce jour, Laurent Milchior, dirigeant du groupe, n’a pas dans ses cartons de développement externe en préparation. Mais il n’en écarte pas l’idée même si la stratégie d’Etam est plutôt de conforter ses marques propres.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com