×
7 296
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Le groupe Etam lance son label écoresponsable « We Care »

Publié le
today 7 oct. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Comme nombre d’acteurs français de la distribution prêt-à-porter (Kiabi, Gémo, Happychic…), le groupe Etam communique à son tour sur ses engagements en matière de durabilité. Une série d’objectifs ont été fixés pour la maison-mère des marques Etam, Undiz, Maison 123, qui s’accompagnent du lancement début 2020 d’un label interne baptisé « We Care » étiquetant les produits écoconçus.


L'étiquette qui sera apposée sur certains produits dès 2020. - Etam


Parmi les caps énoncés, plusieurs se rapportent aux matières textiles. Ainsi, le groupe qui a généré 937 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018 envisage que 80 % du coton utilisé soit bio ou recyclé d’ici 2025, et que 80 % des fibres synthétiques soient recyclées ou biosourcées (matière d'origine naturelle) à la même échéance.

En comparaison, actuellement, Etam Lingerie commercialise 4 % de produits contenant des fibres écoresponsables sur la saison en cours : pour l’été 2020, la marque fera passer ce taux à 15 %. Côté vêtements, 5 % de l’offre est issue de matières plus durables.

Chez Undiz, l’offre coton de l’enseigne de mode jeune est composée à 47 % de matières labellisées GOTS (origine biologique) ou OCS (au moins 5 % de fibre biologique) cet automne-hiver 2019/20 (objectif 80 % en 2020), tandis que Maison 123 revendique 10 % de produits made in France et/ou composés de fibres écoresponsables, notamment via la collaboration avec l'entreprise Jeanologia, qui propose des solutions plus durables en matière de denim (cap 20 % en 2020).

De plus, ont étés bannis l’an dernier l’utilisation d’angora chez Etam prêt-à-porter et de fourrure chez Maison 123. Cette année, c’est le mohair qui n’est plus utilisé par Etam.

Pour mettre en lumière cette stratégie, Etam a pris la parole le 24 septembre dernier à Roland-Garros lors de son défilé annuel de lingerie, dont certains modèles étaient confectionnés en dentelle recyclée et sont désormais disponibles à la vente. Cet été, la chaîne de dessous a également commercialisé des maillots de bain en polyamide recyclé.  


Maillot de bain en polyamide recyclé, été 2019 - Etam


En début d’année prochaine, seront attachées sur certains articles des étiquettes « We care » afin d’alerter les clients sur cette offre plus durable (matières recyclées ou biosourcées). Un « auto-label » comme le décrit bien la société, qui répond à des critères internes ou à des certificats externes (GOTS par exemple).

Autre projet prévu pour tenter de répondre à la quête de transparence des consommateurs, le groupe ambitionne pour 2020/21 de proposer pour chaque produit une petite vidéo de l’usine dans laquelle celui-ci a été confectionné, via un code sur l’étiquette.

Concernant la production des collections, le groupe passe aujourd'hui à 85 % par l’Asie, 10 % en Europe et 5 % en Afrique. S’il entend accélérer la mise en conformité de ses fournisseurs par une augmentation des audits, Etam ne précise pas d’objectif chiffré en la matière.

Côté logistique, l’entreprise aux 1 430 points de vente à travers le monde affirme avoir réduit de 13 % les émissions de gaz à effet de serre produites par le transport amont de ses marchandises en 2018, en augmentant notamment le recours au maritime. Le transport ferroviaire sera également favorisé à l'avenir.