×
Publicités
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
4 nov. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe Frasers monte encore au capital de Mulberry

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
4 nov. 2020

Le groupe Frasers, qui se tourne de plus en plus vers la mode haut de gamme, a plus que doublé sa participation au capital du fabricant de produits de maroquinerie de luxe Mulberry.


Mulberry


Si aucune des deux marques n'a fait grand bruit de cette transaction, Mulberry a publié un document boursier qui prouve que Frasers détient désormais 29,65% de la marque britannique et de ses droits de vote. Une augmentation significative pour Frasers, qui détenait jusque là 12,54% de la société Mulberry.

Frasers s'approche donc du seuil des 30% qui, selon les règles de la bourse, l'obligerait à faire une offre de rachat complet pour l'entreprise — pour le moment, on ne connaît pas ses intentions. Mais le fait que le groupe ait pris soin de maintenir sa participation sous la barre des 30%, et l'exemple récent de la marque Debenhams, détenue à moins de 30% par Frasers, laisse penser qu'il ne le fera pas. Il est plus probable que la société souhaite accentuer son influence sur Mulberry, en entretenant des relations étroites avec cette marque qui pèse lourd dans les ventes de maroquinerie des grands magasins.

Au moment de sa première prise de participation au capital de Mulberry, Frasers avait déclaré que ce rachat entrait dans le cadre d'une "priorité stratégique cruciale" pour élever son offre de produits et construire "des relations plus fortes avec des marques haut de gamme partenaires".

On ne sait pas exactement combien Frasers a déboursé cette fois-ci, mais la somme est probablement inférieure au montant engagé lors de son premier rachat, en février dernier. À l'époque, les actions de Mulberry étaient beaucoup plus chères, et le krach boursier qui a suivi les a ramenées à une position actuelle de 151 pence chacune. La capitalisation boursière totale de la société s'élève donc à un peu plus de 90 millions de livres (près de 100 millions d'euros).

Il y a un mois, Mulberry a annoncé que les recettes de l'exercice qui a pris fin en mars 2020 étaient passées de 169,3 millions de livres un an plus tôt à 149,3 millions de livres (de 187,9 à 165,7 millions d'euros). La marque a également subi une perte ajustée avant impôt de 14,2 millions de livres (15,8 millions d'euros), contre un bénéfice ajusté de 1 million de livres au cours de l'exercice précédent, mais précise que ses activités depuis la fin du dernier exercice sont en avance sur ses prévisions.

Ce n'est pas la première fois que le groupe Frasers, longtemps connu sous le nom de Sports Direct, rachète des marques, comme Jack Wills et House of Fraser. La multinationale détient également une participation au capital de Hugo Boss et serait intéressée par le rachat de l'horloger Jaeger.

Ces dernières années, Frasers a cessé de se concentrer sur la vente à bas prix de sa chaîne Sports Direct pour adopter une "stratégie d'élévation", ce qui a permis à l'ensemble de ses activités de monter en gamme. Le groupe a ainsi ouvert des magasins Flannels, et développe également une nouvelle chaîne de grands magasins de luxe appelée Frasers.

Si les acquisitions de marques jouent un rôle important dans sa stratégie, l'achat de participations minoritaires dans des entreprises n'a pas toujours bien fonctionné pour Frasers. Le groupe a ainsi dépensé des millions pour acquérir une participation de près de 30% au capital de Debenhams, un investissement totalement perdu lorsque la société est passée sous administration.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com