×
Publicités
Publié le
17 oct. 2012
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe Gap revoit sa structure

Publié le
17 oct. 2012

Quelques mois après avoir confié pour la première fois la direction internationale d’Old Navy à un ancien patron d’H&M, Stefan Larsson (en fonctions depuis ce mois d'octobre), le groupe Gap annonce qu'il va appliquer cette stratégie à l’ensemble de son activité. Jusqu’à présent, le géant californien organisait tout son business par région (Amériques ou International) et le divisait par canal de distribution: online, outlet et franchises. "Les nouvelles directions internationales réagiront plus vite aux nouveaux besoins des consommateurs, en fournissant un produit consistant et optimal partout dans le monde", a commenté Glenn Murphy, PDG de Gap Inc, en dévoilant son nouveau modus operandi, ajoutant qu’il s’agissait aussi de "gagner des parts de marché à travers le monde pour augmenter la valeur de notre action". L'initiative survient alors que le groupe,, qui a connu une sortie de crise délicate tout en continuant à s'implanter dans de nouveaux marchés, revoit ses objectifs financiers à la hausse pour son année 2012.

Steve Sunnucks promu président mondial de Gap

A partir du 5 novembre et en vue d’une mise en œuvre pour l’exercice fiscal 2013, chaque enseigne du groupe - Gap, Old Navy, Banana Republic - sera pilotée par une seule et même direction pour l’ensemble de ses marchés géographiques et de ses canaux de vente. Enfin, un quatrième pôle va voir le jour, dédié aux nouvelles enseignes (Piperlime et Athleta) et à l’innovation digitale.

C’est Art Peck, actuellement président de Gap Amérique du Nord, qui en prendra les rênes. Banana Republic sera dirigé par Jack Calhoun, qui connait déjà bien l’enseigne puisque c’est le président de la marque-enseigne pour la zone Amérique du Nord.

En tête des choses qui disparaissent, citons la division Gap International, créée en 2011 et basée à Londres sous l’égide de Steve Sunnucks (ex-New Look et Marks & Spencer). Ce dernier est promu au rang de président mondial de la marque Gap qu’il dirigera depuis New York. La nouvelle organisation sonnera la fin de la division online du groupe, dont le patron Toby Lenk aurait émis le souhait de poursuivre une carrière entrepreneuriale personnelle. Ce qu’il fera à compter de février 2013 après avoir participé à la transition. Le e-commerce du groupe Gap se porte bien, voire très bien puisque le groupe déclare avoir déjà atteint en 2012 l’objectif fixé pour 2014, à savoir 2 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel.

Banana Republic sur les Champs-Elysées (Photo DR)

La précédente grande mesure annoncée par le groupe de San Francisco concernait la relève du style de son enseigne Gap. Celle-ci est promise à de belles perspectives depuis le recrutement de Rebekka Bay, une créatrice suédoise qui a lancé l'enseigne COS pour H&M avant de signer des collections pour Bruuns Bazaar. La créatrice reportera non plus à Art Peck (qui part au pôle digital, innovation et nouvelles griffes) mais à Steve Sunnucks, désormais au sommet de la pyramide chez Gap. Quant à Glenn Murphy, le numéro 1 du groupe, il supervisera en plus la direction de Gap dédiée à l'Asie et implantée à Shanghaï.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com