×
Publicités
Publié le
19 juil. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe Go Sport toujours à la recherche de la bonne formule

Publié le
19 juil. 2013

Pas d’éclaircie en vue pour le groupe Go Sport. Le distributeur d’articles de sport enregistre sur le premier semestre de son exercice 2013 clos au 30 juin un recul de ses ventes de 4% (en comparable) à 310,8 millions d’euros. L'Ebitda (résultat brut d'exploitation) tombe quant à lui à -7,8 millions d’euros alors que le résultat opérationnel courant ressort désormais à -16,5 millions contre -13,7 millions sur la même période l’an passé.

Visuel groupe GoSport


Et si le groupe parvient cependant à réduire sa perte nette de moitié à -8,6 millions d’euros, l’enseigne Go Sport continue d’impacter négativement ses résultats. En effet, en France, le chiffre d’affaires de la marque est en recul de 5,8% à 199,9 millions d’euros. Initiée depuis quelques mois, la nouvelle stratégie du groupe -basée notamment sur le développement du cross-canal et celui d’un réseau en franchise (fin juin, Go Sport comptait cinq magasins en franchise en France)– ne porte donc pas encore ses fruits.

Seule note positive, les performances de Courir, qui enregistre son sixième semestre consécutif de hausse des ventes. Le spécialiste de la chaussure publie en effet sur la période un chiffre d’affaires en augmentation de 1,3% (+0,7% à surface comparable) à 79,8 millions d’euros. Des résultats qui semblent confirmer le succès du nouveau concept boutique mais également celui du programme de fidélité MyCourir; les clients fidélisés représentant désormais 33% du chiffre d’affaires de l’enseigne, contre 28% à fin 2012. Courir s’ouvrira ainsi à la franchise et à l'e-commerce dès 2014.

Mais à elle seule, l’enseigne Courir et son parc de 166 magasins (10 franchises à l’étranger) ne permettra pas au groupe de retourner dans le vert. Coté en Bourse, Go Sport ne cesse en effet de voir le cours de son action s'effondrer. Elle s'établit aujourd'hui en dessous des 2,90 euros, et a connu une chute de 27% par rapport au début d'année.

Sur les 10 dernières années, la chute est même vertigineuse depuis un plus haut en 2006 flirtant avec les 80 euros l'action. Cette dégringolade est forcément à mettre en lien avec les résultats du groupe. Malgré les discours officiels récurrents d'objectifs de retour à la croissance et à l'amélioration de la rentabilité, depuis 2005, le résultat net du groupe est -quasiment- dans le rouge chaque année (-22 millions d'euros en 2012).

Seul l'exercice 2007 a apporté une bouffée d'air avec un bénéfice de près de 13 millions, mais à l'époque nous soulignions que cette embellie était liée à la cession de murs de six magasins.

Depuis 2007, le chiffre d'affaires s'érode continuellement. Certes, le groupe Go Sport ne représente que quelque 2% de l'activité globale du groupe Rallye (propriétaire à 72,8% de l'entreprise), mais Jean-Charles Naouri, son PDG, a déjà confié sa branche sport à Jean-Paul Giraud, ancien président de la Fnac, et à François Neukirch, ancien de Décathlon et La Halle aux chaussures. Les évolutions n'avaient apparemment pas permis de redresser suffisamment la barre.

Rallye a apparemment décidé de donner une nouvelle chance au Groupe Go Sport. En avril, le nouveau PDG, Loïc Le Borgne, était nommé. Il veut poursuivre son plan d’optimisation des coûts et de massification des achats pour améliorer sa rentabilité. Reste à voir si le nouveau dirigeant saura redonner du souffle à Go Sport.

Lire aussi « Go Sport: des ventes en recul de 4,1% au premier semestre »


Olivier Guyot et Sarah Ahssen

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com