×
Publicités
Publié le
14 déc. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe italien OTB aspire à s’agrandir

Publié le
14 déc. 2020

Le groupe de mode italien de Renzo Rosso (Diesel, Marni, Margiela) n’a jamais caché ses ambitions et sa volonté de créer un grand pôle de mode et luxe en Italie. Il confirme aujourd’hui être en train de prospecter le marché, alors que des rumeurs lui prêtent un intérêt certain pour la marque Jil Sander, détenue depuis 2008 par le groupe japonais Onward, et dont le style est piloté depuis 2017 par Lucie et Luke Meier.
 

Le siège d'OTB à Breganze en Vénétie - Otb.net

 
Selon des sources, citées par le magazine américain WWD, Onward aurait entamé des discussions exclusives avec OTB pour la cession de Jil Sander. Sans confirmer l’information, le groupe italien nous a néanmoins confirmé regarder de près le marché. "Il est vrai que nous sommes en train d’évaluer différentes opportunités et entreprises actuellement sur le marché", a-t-il indiqué.
 
"Nous voulons augmenter notre masse critique et nous voulons le faire de manière moderne et durable, tout d’abord en soutenant la filière d’approvisionnement italienne, en la rendant plus forte, tout comme le made in Italy en général. Et ce, comme nous l’avons fait durant toute cette pandémie, en cohérence avec la vision stratégique du groupe et de notre entrepreneur", précise l’entreprise dans une note en se référant à Renzo Rosso.

Après les récentes annonces du rachat de Stone Island par Moncler et de celui de la griffe chinoise d’Hermès Shang Xia par la holding des Agnelli Exor, le marché transalpin est en pleine effervescence. Or s’il y a un acteur en Italie, qui a tous les atouts en main pour mener une nouvelle opération du genre, c’est bien OTB. Ce dernier a obtenu en octobre un financement de 50 millions d’euros de la part de la Caisse des Dépôts italienne pour soutenir son plan de croissance et de développement,
 
L’an dernier, le groupe a déjà pris une participation minoritaire dans la marque de denim de luxe californienne Amiri et est monté de 51% à 70% dans le capital de Viktor & Rolf. A l’été 2019, par ailleurs, on le disait en lice pour reprendre Roberto Cavalli. Finalement, c’est le milliardaire dubaïote Hussain Sajwani, fondateur et président du géant immobilier Damac Properties, qui s’était adjugé la maison de luxe florentine.
 
Au-delà de Diesel, Maison Margiela, Marni et Viktor & Rolf, OTB détient aussi les sociétés Brave Kid (spécialisée dans l’enfant) et Staff International, qui produit et distribue en plus de Marni et Margiela, des marques en licence telles Dsquared2, Just Cavalli et Koché.
  
Enfin après des années en demi-teintes, le groupe a renoué avec la croissance. En 2019, il s’affichait comme le quatrième groupe de mode italien derrière Prada, Giorgio Armani et Salvatore Ferragamo. L'entreprise a enregistré un chiffre d’affaires de 1,540 milliard d’euros, avec une croissance de 6,4% par rapport à 2018, et un résultat brut d’exploitation (Ebitda) de 190 millions d’euros, tandis que sa trésorerie nette s’élevait à 124 millions d’euros au 31 décembre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com