×
Publicités
Publié le
31 janv. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le Groupe Lafuma à un tournant

Publié le
31 janv. 2013

Quel cap va prendre Lafuma ? La question se pose concrètement alors que le groupe français voit Philippe Joffard, l’actuel président mais aussi la famille fondatrice céder leurs parts (voir ici). Lafuma s’apprête donc à accueillir un nouveau capitaine en la personne de Felix Sulzberger, PDG du Suisse Calida, nouvel actionnaire fort du groupe. L’homme, qui doit prendre ses fonctions d’ici fin mars, connaît le navire pour être au conseil d’administration depuis 2004.

Visuel Eider.


Mais les derniers résultats trimestriels du groupe, publiés ce jeudi, laissent à penser qu’il devra naviguer au plus près pour sortir les Français de la tempête.
"Le Groupe s'attend à une baisse de son chiffre d'affaires sur l’ensemble de l’exercice fiscal 2012/2013, précise celui-ci dans un communiqué. Même si la tendance négative observée sur le premier trimestre devrait être plus faiblement prononcée sur les prochains trimestres".
D'octobre à décembre, il enregistre, à périmètre et taux constants, une chute de ses ventes de près de 16% à un peu plus de 41 millions d’euros et tous ses segments ont ainsi souffert. A périmètre et taux de change constant, même son pôle Montagne (Millet, Eider, Killy) affiche un recul de près de 6%, sous la barre des 25 millions d’euros. Le Grand Outdoor, avec la marque Lafuma accuse un recul de 18%. "La marque Lafuma est pénalisée par son positionnement d'Outdoor généraliste, explique le groupe. Elle est concurrencée par les distributeurs intégrés verticalement disposant de marques propres". La marque propose pour sa prochaine collection automne-hiver un redécoupage de son offre avec deux lignes, Active Outdoor qui mise sur la technicité et la légèreté, et Outdoor essentials au style urbain. Reste à savoir si cette option lui permettra de juguler l’abcès.

Côté surf, Oxbow a encore radicalement souffert sur le dernier trimestre, avec un recul de 44% de ses ventes à 4,4 millions d’euros. Si la conjoncture morose du secteur est à prendre en compte, la marque opère actuellement son repositionnement vers un style plus casual. La brutale chute de ses ventes est donc à mettre en relief avec le nécessaire changement de distribution qu’opère aussi la marque.

Lafuma tient cependant à rassurer sur son assise financière: "Bien que la rentabilité du Groupe soit affectée par cette forte baisse d’activité, les différentes initiatives lancées en 2011/2012, notamment la cession du pôle Country avec la marque Le Chameau au prix de 16,5 millions, permettent au Groupe d’assurer son besoin en fond de roulement et de s'adapter à la réalité d'un marché devenu plus difficile".

Alors qu’à la mi-janvier, l’arrivée de Calida, associée à une augmentation de capital, devait permettre de "créer les bases d’une solide croissance future", ce retournement n'est pas prévu à court terme. "Le Groupe se concentrera au cours des prochains trimestres sur la stabilisation de son chiffre d’affaires et l’amélioration de la rentabilité, tout en travaillant en parallèle sur la qualité de l’offre produits, des services et de la stratégie commerciale de chacune de ses marques". Valérie Dieppe de VD Equity, qui analyse les résultats du groupe depuis plusieurs années, souligne que Calida, bien que d'une taille plus modeste que Lafuma, présente des indicateurs plus flatteurs et est nettement mieux valorisé que le groupe français. L'intégration de ses process pourrait éclaircir l’horizon des Drômois. Dès 2014 ?

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com