×
6 903
Fashion Jobs

Le groupe Nike envisagerait la cession d'Hurley

Par
Reuters API
Publié le
today 25 juil. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Il est loin le temps où Nike installait les surfers de sa « team » surf sur la plage d'Hossegor, dans le sud-ouest de la France. Aujourd'hui, le numéro un mondial du marché des vêtements de sport explore différentes options pour sa marque de vêtements de surf Hurley International, y compris une sortie possible du capital, rapporte Reuters selon des sources proche du secteur.


Hurley pourrait sortir du groupe Nike - Hurley


Le retrait potentiel de Nike du marché du surf est emblématique de la position de la plupart des grands groupes multisports vis-à-vis de l'industrie de la glisse. Les marques de surf ont perdu de leur attrait auprès des consommateurs non surfeurs, qui préfèrent désormais les marques streetwear et de rétro  sportswear.

Parmi les options envisagées par Nike pour Hurley, on peut citer la vente pure et simple de la marque californienne de Costa Mesa, d'après des sources demandant l’anonymat car les discussions sont confidentielles. Il est difficile d'évaluer combien Nike pourrait obtenir en vendant Hurley. Et le groupe de Mark Parker a, comme à son habitude, refusé de commenter ces informations.

Nike avait acheté Hurley à son fondateur Bob Hurley en 2002 pour une somme non divulguée dans le but de se développer dans les sports de glisse comme le surf, le skate et le snowboard. Le groupe avait développé Nike 6.0 à partir de 2005 pour séduire une génération fascinée par les « Action Sports ». Elle est progressivement sortie du secteur, conservant seulement la dynamique Nike SB, dans le secteur du skate et, gardait jusque là un pied dans le surf avec la marque Hurley. Bob Hurley a fondé la société en 1979 et est devenu célèbre dans les années 1970 pour avoir façonné la planche de surf du champion du monde Wayne « Rabbit » Bartholomew.

Au cours des dernières années, l'appétit croissant pour les vêtements associés au mode de vie des surfers a diminué, au point que l'ancien leader mondial Quiksilver a déposé le bilan en 2015 avant d'être repris par la société de capital-investissement Oaktree Capital Management. Les deux géants de la glisse, Quiksilver et Billabong, sont d'ailleurs aujourd'hui réunis sous le toit du groupe Boardriders. L'année dernière, Boardriders Inc, la société derrière Quiksilver, Roxy et DC Shoes, propriété d'Oaktree, a acquis son rival australien en difficulté Billabong, maison mère de la marque du même nom, aux côtés d'autres marques du secteur telles que Element, Rvca et VonZipper.  Le rapprochement physique est actuellement en cours.

Mais les sneakers inspirées du running ou de l'athlétisme ont pris le dessus en termes de tendances ces dernières années, tandis que les marques de streetwear urbaines comme Supreme, dans laquelle a investi le fonds Carlyle, et la tendance rétro-sportswear avec Fila, Kappa, Ellesse ou Champion, sont recherchées par les millennials.

Harry Brumpton et Joshua Franklin à New York; Édité par Christopher Cushing

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.