×
5 816
Fashion Jobs

Le groupe Orchestra-Prémaman entre en procédure de sauvegarde

Publié le
today 24 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

C’est à la demande du groupe Orchestra-Prémaman que la société a été placée en sauvegarde par le tribunal de commerce de Montpellier ce 24 septembre. Le spécialiste de l’univers de l’enfant, de la puériculture et de la maternité entre dans cette procédure pour une durée initiale de six mois.


Orchestra


Cette période d’observation, qui peut être prolongée le cas échéant jusqu’à 18 mois, doit permettre au groupe fondé en 1995 par Pierre et Chantal Mestre de préparer un plan de sauvegarde pour trouver une porte de sortie et de continuer dans le même temps son activité : « l’exploitation se poursuivra normalement », tient à souligner dans un communiqué la société cotée, dont le cours est suspendu depuis hier.

Cette procédure, concernant les entreprises qui ne sont pas en situation de cessation des paiements, s’accompagne d’un remaniement managérial : Stefan Janiszewski, directeur général par intérim depuis le départ de Thomas Hamelle en mars 2019, est remplacé à ce poste par Pierre Mestre lui-même. Il cumule donc désormais cette fonction avec son rôle de président du conseil d’administration.

Le groupe Orchestra-Prémaman regroupe près de 550 points de vente dans 40 pays (dont 230 en commission-affiliation). Une centaine d’entre eux étant des mégastores de plus de 2 000 mètres carrés réunissant sous un même toit toutes ses activités.

Sur son exercice 2018/19, « particulièrement difficile », il a enregistré une perte nette de 88,2 millions d’euros et vu ses ventes reculer de 6,8 % sur la période, à 570,8 millions d’euros. Au premier trimestre 2019/20, le groupe a néanmoins enregistré un chiffre d’affaires stable (-0,5 %).

Orchestra-Prémaman s’est dit pénalisé sur l’exercice précédent par le mouvement des gilets jaunes et la renégociation de sa dette, ayant entraîné « des difficultés opérationnelles comme des ruptures d’approvisionnement de produits et des perturbations sur la chaîne logistique, du fait notamment, de la soudaine dégradation de la notation du Groupe auprès des assureurs crédit ». Au 28 février 2019, la dette du groupe s’élevait à 232,2 millions d’euros. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com