×
Publicités
Publié le
28 avr. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe saoudien Al-Othaim sur les rangs pour reprendre Orchestra

Publié le
28 avr. 2020

Changement de main en vue pour Orchestra ? En procédure de sauvegarde depuis septembre 2019, le groupe de mode enfant et puériculture, qui devrait prochainement entrer en redressement judiciaire, a reçu une offre de rachat de la part du groupe saoudien Al-Othaim, selon une source proche du dossier. La direction d'Orchestra-Prémaman envisagerait de son côté un plan de continuation impliquant une restructuration importante.


Collection printemps-été 2020 - Orchestra


Parmi les offres pour la possible reprise de l'enseigne spécialiste des vêtements pour bambins se trouve donc un dossier présenté par le groupe saoudien (via son véhicule Al-Othaim Investment Company), qui opère en franchise des magasins Orchestra au Moyen-Orient, et a surtout fait son entrée au capital du groupe français en 2016 via sa filiale Alchamey Holding. Il en détient aujourd'hui 4,08 % des parts.

Se présentant comme le deuxième opérateur retail en Arabie Saoudite, le groupe Al-Otaim revendique un chiffre d'affaires annuel de deux milliards d'euros en 2019. Le périmètre de l'offre de reprise, qui sera étudiée le 29 avril devant le tribunal de commerce de Montpellier, n'est pas encore connu. Elle concernerait "une partie importante" des effectifs, sans que plus de détails n'aient filtré. Le siège et l'entrepôt de Montpellier pourraient être maintenus, tandis que le PDG d'Orchestra Pierre Mestre envisagerait la fermeture de ce site logistique, selon l'AFP.

Selon les informations portées à la connaissance de FashionNetwork.com, le groupe basé à Ryad argumente que, "compte tenu des relations existantes entre les deux groupes, Al Othaim dispose d'une bonne connaissance d'Orchestra-Prémaman. Il est confiant sur sa capacité à se coordonner avec les process en place dans le groupe et à relancer l'activité, en s'appuyant sur ses réseaux succursalistes et affiliés".

Orchestra-Prémaman, qui emploie 2 900 personnes, avait annoncé à la mi-février la mise en place d'un PSE portant sur la suppression de 159 postes dans l'Hexagone et 300 à l'international et la fermeture de 125 de ses 534 points de vente. Surtout à l'export, car le groupe entend se recentrer sur ses marchés dits stratégiques et sur ses magasins de grand format.

Le bilan annuel 2019/20 d'Orchestra-Prémaman, clos le 29 février, fait état de ventes en léger recul de 1,3 %, à 563,5 millions d'euros. Sur le quatrième trimestre de cet exercice, c'est une chute de 7,6 % de l'activité qui a été observée.

L'entreprise héraultaise fondée en 1995 par Chantal et Pierre Mestre a progressivement grandi en essaimant hors de ses frontières, jusqu'à acquérir la chaîne belge Prémaman en 2012, spécialisée dans la puériculture. En 2017, le rapprochement finalement abandonné avec l'américain Destination Maternity l'avait fragilisé. La mise à l'arrêt de son activité en raison de la crise du coronavirus a précipité sa chute.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com