×
6 479
Fashion Jobs
Publicités

Le groupe Urban Outfitters voit fondre ses bénéfices au premier semestre 2019/20

Publié le
today 21 août 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le début d’année signé par le groupe Urban Outfitters ne correspond pas aux standards de croissance affichés lors de l’exercice précédent. Si le géant américain (Urban Outfitters, Anthropologie, Free People, Nuuly…) a enregistré une progression de 9,3 % de son chiffre d’affaires en 2018/19, il présente un bilan semestriel atone pour la première moitié de son cru 2019/20, avec des ventes se repliant légèrement de 1 %, à 1,826 milliard de dollars (1,644 milliard d’euros).


Collection automne 2019 - Urban Outfitters


Le deuxième trimestre a montré un fléchissement plus marqué, de l’ordre de -3 % au global. « Les résultats du deuxième trimestre sont décevants, a admis Trish Donelly, la directrice générale d’Urban Outfitters. La marque Urban Outfitters a dégagé des ventes négatives de 5 % à périmètre comparable, liées à la contre-performance de l’offre de prêt-à-porter féminin ».

D’autre part, sur six mois (au 31 juillet 2019), le bénéfice net du groupe se rétracte sérieusement, montrant une chute de 30,7 % pour s’établir à 92,9 millions de dollars, contre 134 millions générés au 1er semestre 2018. Le dirigeant du groupe, Richard Hayne, a donc expliqué que les « ventes inférieures à nos attentes, ont conduit à des démarques plus élevées et à une réduction des marges. Un trafic plus faible en magasin a également pesé sur les résultats globaux ».

Dans le détail, les performances des différentes marques sur le premier semestre s’avèrent nuancées : l’activité d’Urban Outfitters a reculé de 4,2 % (671 milliards de dollars), tandis que celle d’Anthropologie, qui va prochainement signer son arrivée à Paris avec deux adresses dans les quartiers de l’Opéra et du Marais, est restée stable (à 749 millions). Quant à Free People, la marque signe un premier semestre en légère progression de 1,1 %, à 392 millions de dollars.

Sur la période du 1er février au 31 juillet 2019, le groupe qui opère près de 600 magasins a ouvert sept nouveaux points de vente à travers le monde, et en a fermé cinq dans le même temps. La firme basée à Philadelphie tente de trouver des réponses à la mutation des comportements en matière d’achats mode : elle a lancé le 30 juillet aux Etats-Unis le projet Nuuly qui permet, via un abonnement, la location de vêtements.

Malgré ce premier semestre en demi-teinte, le patron du groupe reste confiant en soulignant que le début du troisième trimestre s’annonce plus favorable : « Je suis heureux d’annoncer que la réaction de nos clients face à notre assortiment de début d’automne s’est nettement améliorée par rapport à nos résultats du deuxième trimestre. Les ventes du troisième trimestre sont à ce jour positives pour les trois marques ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com