×
Publicités
Publié le
9 févr. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le japonais Shiseido livre des prévisions timides pour 2022

Publié le
9 févr. 2022

Le groupe japonais de cosmétiques Shiseido a livré mercredi des prévisions de résultats modestes pour son exercice 2022, du fait de "l'impact prolongé" du Covid-19 sur son activité, en particulier dans ses deux principaux marchés, le Japon et la Chine.


Visuel de la marque Shiseido - DR


Shiseido s'attend à un léger repli de son bénéfice net cette année à 40 milliards de yens (303 millions d'euros au cours actuel), contre 42,4 milliards de yens réalisés en 2021, après une perte de 11,7 milliards de yens en 2020 à cause de la pandémie, indique le communiqué. Le groupe anticipe en revanche une hausse de son bénéfice opérationnel à 60 milliards de yens en 2022, contre 41,6 milliards de yens l'an dernier, près de trois fois plus qu'en 2020.

Ses ventes cette année devraient se hisser à 1.100 milliards de yens (8,3 milliards d'euros), soit à peine un peu mieux que les 1.035 milliards de yens de recettes générées l'an dernier (+12,4% sur un an). Shiseido a cité "l'impact prolongé du Covid, dont les variants" et les risques pour son activité qu'impliquent la reprise retardée du marché japonais et les récents nouveaux confinements en Chine, pays qui continue d'appliquer une stratégie zéro Covid.

A eux deux, le Japon et la Chine ont pesé 53% des ventes mondiales de Shiseido l'an dernier. Ses ventes au Japon, où la consommation des ménages reste morose et où les touristes étrangers sont toujours bannis à cause du Covid-19, ont reculé de 1,4% l'an dernier mais elles ont rebondi de 19% en Chine, à périmètre constant.

Pour s'émanciper du poids de la Chine et se renforcer sur d'autres marchés, Masahiko Uotani, le PDG de Shiseido, expliquait en octobre 2021 dans les colonnes du journal Financial Times qu'il envisageait des acquisitions de marques de soins, notamment en Europe et aux Etats-Unis, mais aussi en Inde et en Afrique.

D'ailleurs, en 2021, les ventes de Shiseido ont grimpé de 30% dans la zone Amériques et de 17% dans la région EMEA (Europe-Moyen Orient-Afrique). Dans le "travel retail" (ventes dans les lieux de transport comme les aéroports, ndlr), la hausse est de 18%. Ce segment est important pour le groupe japonais puisqu'il concerne surtout les ventes de produits prestige, un environnement sur lequel Shiseido veut désormais se concentrer avec en ligne de mire le soin, un secteur dynamique.

L'année passée, Shiseido a ainsi cédé son activité de produits d'hygiène et de beauté grand public au fonds d'investissement CVC. Une cession qui par ailleurs lui a probablement évité de subir une perte nette pour une deuxième année consécutive. En août 2021, la filiale américaine du groupe Shiseido Americas s'est de son côté délestée des marques de maquillage Buxom, BareMinerals et Laura Mercier, les cédant à AI beauty Holdings Limited, une nouvelle structure formée par la société Advent International.

Dans la foulée de ces résultats, Shiseido a annoncé une nouvelle cession: celle de ses activités de produits professionnels pour les salons de coiffure au Japon et ailleurs en Asie, qui vont revenir à l'allemand Henkel pour l'équivalent de 93 millions d'euros.


Avec AFP

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com