×

Le Journal du Textile a changé de main

Publié le
3 juil. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

On le savait en difficulté suite à l’érosion progressive de la publicité et des petites annonces ainsi qu'à la mutation de la presse vers un modèle digital. Or début juin, la direction a annoncé à ses salariés que le Journal du Textile avait été cédé en "location-gérance" au groupe Bee Medias, a appris FashionNetwork.com.
 

En sursis depuis plusieurs années, le Journal du Textile vient d'être repris - DR


Ce groupe basé à Paris dispose d’une dizaine de titres autour de la maison, l’habitat, le design et le mobilier tels que la revue Intramuros, Cuisines et Bains Magazine ou l’hebdomadaire professionnel Le Courrier du Meuble et de l’Habitat. Difficile d'en savoir plus sur ce groupe. Il a été fondé en 1990 par Thibault Leclerc, l'un des dirigeants de l'agence de conseil Image 7, qui a commencé par reprendre le Bottin Gourmand en 1996 avant de le céder en 2010 à Uni-Editions (filiale du Crédit Agricole). Son portefeuille compte aussi des titres plus surprenants tels que Solutions Utilitaires, le magazine des véhicules professionnels. En 2017, M.F.T.L, raison sociale de Bee Medias a été placée en redressement judiciaire avant que le Tribunal de Commerce de Paris place le groupe en plan de continuation pour une durée de 10 ans.

Pour le moment, la plupart des salariés ont été, selon nos informations, maintenus dans leurs fonctions. Les équipes quittent les locaux du quartier de la Place de la République dans le XIe arrondissement de Paris au pour rejoindre le siège du repreneur dans le XVIIe arrondissement. En revanche, la directrice de la rédaction, Clara Abra, qui avait pris le relais de son père, Lucien Abra, décédé en octobre 2016, a été écartée du nouvel organigramme.

Cofondé en 1963 par Lucien Abra, le Journal du Textile a été une institution du secteur. Néanmoins, n’ayant pas pris le tournant du digital à temps, il a été confronté, selon plusieurs sources, à des difficultés financières grandissantes ces dernières années. En 2012, il avait déjà procédé à une restructuration, réduisant drastiquement ses effectifs. 
 
A l’heure actuelle, on ne connaît pas dans le détail les objectifs de Bee Medias. Ses représentants ont expliqué, d'après nos informations, qu’ils souhaitaient maintenir le titre dans sa version papier et développer un site internet.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com