×
Publié le
17 juin 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le label africain Moshions se fait remarquer au Pitti Uomo

Publié le
17 juin 2022

Un vent de fraîcheur, bienvenu dans la pesante chaleur toscane, a soufflé jeudi sur le Pitti Uomo. Présent au salon masculin avec sa marque Moshions, le créateur rwandais Moses Turahirwa en a profité pour organiser son premier défilé sur le Vieux Continent, dans le cadre bucolique de la Villa Romana, villa néoclassique nichée dans les hauteurs de Florence entourée d’un joli parc.


Une silhouette Moshions signée parMoses Turahirwa - ph Dominique Muret

 
C’est dans une ambiance joyeuse et décontractée que le designer accueille ses convives en fin d’après-midi pour leur dévoiler sa collection pour le printemps-été 2023, avec danseur et musiciens africains.

Son style mêle influences africaines, notamment dans les motifs imprimés, les techniques de teinture, en particulier le tie and dye, et celle du drapé -véritable passion de Moses Turahirwa-, avec des inspirations italiennes dans les coupes "sartoriales".

Les pantalons et tops sont amples et fluides, de larges shorts noirs sont associés aux classiques chemises blanches à manches courtes, de longues tuniques-toges font penser aux boubous, les costumes sont traversés d'inattendues bandes colorées à l’horizontal. Mais c’est le travail du drapé qui se fait le plus remarquer, avec des chemises en soie se prolongeant en foulard ou étole à rabattre sur une épaule. D’autres semblent flotter, ondulées par de délicats drapés en forme de vagues. Sans oublier ce blazer qui s’allonge comme une toge romaine ou ces vestes-capes dans le dos.
 
Né à Kigali, où il vit encore et a installé son studio, Moses Turahirwa (30 ans) s’est d’abord orienté vers l’ingénierie avant de bifurquer vers sa passion depuis tout jeune: la mode. Il fonde sa maison en 2015 en puisant dans la culture locale, comme la broderie, le tissage et le drapé, faisant appel à des matières et teintures naturelles.


Moses Turahirwa - ph Dominique Muret

 
Le succès ne tarde pas à arriver. Certaines personnalités locales portent ses vêtements lui donnant de la visibilité et il commence à participer à différentes Fashion Weeks au Rwanda, au Nigéria et en Afrique du Sud.

En 2021, il effectue un master à l’école Polimoda de Florence, où il découvre les savoir-faire italiens. "J’ai trouvé à Florence la même identité artisanale qu’en Afrique, cette même passion pour ces techniques ancestrales, que je souhaite valoriser à travers mes collections. Je me suis donc associé à certains artisans florentins pour confectionner les vêtements", nous explique-t-il.
 
Ses habits non genrés s’adressent aussi bien à l’homme et la femme, mettant en avant une attention aux détails dans les broderies, le travail de la maille ou les teintures. Positionnée dans le haut de gamme, la marque s’inscrit dans une démarche de production "lente et exclusive".
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com