×
6 480
Fashion Jobs
Publicités

Le lunetier Safilo dit ignorer si Kering s'intéresse à lui

Publié le
today 2 oct. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

MILAN (Reuters) - Le lunetier italien Safilo a déclaré mercredi ne pas être au courant du moindre intérêt de la part du groupe français de luxe Kering, réagissant ainsi à une information de presse du site Milano Finanza.


Photo d'archives - REUTERS/Charles Platiau


Kering a refusé de commenter cette information.

A la Bourse de Milan, le titre Safilo progressait de 7,4% à la suite de cette information, portant sa capitalisation boursière à quelque 271 millions d’euros. Le titre Kering reculait pour sa part de 1,2% à la Bourse de Paris à 09h50.

Le groupe Kering fait encore partie des clients de Safilo, deuxième lunetier mondial (963 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018), mais avait réduit ses contrats à une prestation de fabrication et non plus de licence depuis la création de sa propre entité maison spécialiste en 2014 : Kering Eyewear.

Depuis le 1er janvier 2017, la licence de Gucci s’est ainsi transformée en un contrat de production de quatre ans qui devrait prendre fin en 2020. Elle représentait environ 240-250 millions d'euros soit 20% du chiffre d’affaires net de Safilo en 2016. Les collections optiques de la marque seront bientôt totalement produites par Kering Eyewear, qui a capté également depuis trois ans les collections des autres griffes du groupe de luxe, réalisées auparavant en licence par Safilo (Bottega Veneta, Saint Laurent, Alexander McQueen et McQ).

En mars 2017, Kering et Richemont signent un accord pour le développement, la fabrication et la commercialisation à l’international des lunettes Cartier et d’autres marques du groupe de luxe suisse, qui est par la même occasion devenu actionnaire de Kering Eyewear.

De son côté, le groupe LVMH a également changé ces dernières années son approche de la question optique, en optant lui pour la création d'une co-entreprise avec Marcolin en 2017, baptisée Thélios. En reprenant progressivement la gestion de la lunette des maisons du groupe, celle-ci va également priver Safilo de sa plus grosse licence, Dior, d'ici fin 2020. Celle-ci représentait en 2018 13% du chiffre d'affaires du lunettier italien.

Kering pourrait donc, selon la presse économique italienne, être à son tour intéressé par une association avec un industriel spécialiste pour renforcer son jeune pôle eyewear. Surtout au moment où Safilo apparait fragilisé par cette recomposition du paysage de la lunetterie de luxe.



(La rédaction avec Reuters)
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com