×
4 955
Fashion Jobs
Publicités
Par
AFP
Publié le
19 mai 2009
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le lustre impérial vu par Fabergé exposé au musée Pouchkine

Par
AFP
Publié le
19 mai 2009


Une femme contemple l'oeuf "Renaissance" de Fabergé au musée Pouchkine de Moscou le 19 mai 2009 - Photo : Alexey Sazonov/AFP
Plus de 300 objets de la maison Fabergé, dont neuf œufs, des montres et des bijoux ayant appartenu à des têtes couronnées et rachetés aux quatre coins du globe par un oligarque russe sont exposés à partir de mercredi 20 mai au musée des beaux-arts Pouchkine à Moscou.

"L'art de la maison Fabergé de la fin du XIXe et du début du XXe siècle est un phénomène mondial. C'est un grand succès pour nous de pouvoir le montrer", a déclaré Irina Antonova, conservatrice du musée Pouchkine, lors d'une conférence de presse mardi.

Cette collection, exposée entre le 20 mai et le 28 juin, est composée de pièces achetées ces cinq dernières années par le milliardaire russe Viktor Vekselberg qui a créé à ces fins une fondation baptisée "La liaison des Temps".

En avril 2004, Viktor Vekselberg avait racheté neuf œufs de Fabergé à la famille américaine Forbes pour plus de 100 millions de dollars. Cette opération a été interprétée par certains comme une tentative de se racheter une conduite auprès du pouvoir russe qui demandait des comptes aux "oligarques".

"Nous exposons 30 % de ce qui a été rassemblé depuis" notamment en Colombie, au Mexique et en Australie, a précisé Vladimir Vorontchenko qui dirige la fondation. "Nous sommes étonnés de voir où certaines oeuvres de Fabergé ont été retrouvées", a-t-il ajouté.

Dans les années 1920, les pièces Fabergé, jugées incompatibles avec le nouveau régime, ont été "vendues pour rien par les bolcheviques à l'étranger", a raconté Tatiana Mountian, experte de la fondation.

Les visiteurs de l'exposition "vont sentir le parfum de la bonne vielle époque qui ne reviendra plus", a-t-elle dit.

Parmi les objets exposés figurent une bonbonnière en forme d'œuf ayant appartenu au roi Georges I de Grèce, frère de l'impératrice Maria Fedorovna, et achetée aux enchères de Christies à Londres ainsi que la collection du banquier Edmond Safra acquise par M. Vekselberg en 2005 chez Sotheby's.

En 1885, Pierre-Karl Fabergé, joaillier d'origine française installé à Saint-Pétersbourg, est officiellement devenu fournisseur de la Cour impériale de Russie.

Les œuvres de Fabergé accompagnaient les Romanov de la naissance jusqu'à la mort et étaient présentes à toutes les cérémonies.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.