×
6 365
Fashion Jobs
ERAM
Chef de Produit H/F
CDI · MONTREVAULT-SUR-ÈVRE
SHOWROOMPRIVE.COM
Key Account Manager Fashion - H/F
CDI · SAINT-DENIS
GRAIN DE MALICE
Animateur de Région H/F Centre Est
CDI · AUXERRE
BALENCIAGA S.A.S.
Balenciaga - Juriste Droit Social (f/h)
CDI · PARIS
A LA SOURCE...
Responsable Commercial Export Asie (H/F)
CDI · CENTRAL
CONCEPT RECRUTEMENT
Acheteur/Responsable Retail Merchandising- PAP & Accessoires Iconiques - H/F - CDI - Paris
CDI · PARIS
HAYS FRANCE
Contrôleur de Gestion Retail H/F
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (f/h) - Lyon
CDI · LYON
JULES
Responsable Développement Immobilier et Affiliatio
CDI · ROUBAIX
SINTEL RECRUTEMENT
Acheteur Produits Textiles H/F
CDI · IVRY-SUR-SEINE
ISABEL MARANT
Chauffeur Livreur Polyvalent H/F
CDI · PANTIN
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable Achats & Merchandising (H/F)
CDI · PARIS
INSTITUT GUINOT
Responsable de Secteur (H/F)
CDI · ROUEN
UNIVERSAL MUSIC FRANCE - A&R STUDIOS
Responsable Pôle E-Commerce H/F
CDI · PARIS
AKKION RECRUITMENT
Responsable Atelier de Prototypage (H/F)
CDI · PARIS
VANESSA BRUNO
Chargé(e) de Marketplaces & E-Retailers
CDI · PARIS
NORKI INTERNATIONAL
Chef de Produit Prêt à Porter Homme
CDI · PARIS
BANANA MOON
Chef de Produit Wholesale & Retail H/F
CDI · NICE
COP COPINE
Responsable du Développement Wholesale H/F
CDI · ROMAINVILLE
SHOWROOMPRIVE.COM
Chef de Publicite - H/F
CDI · SAINT-DENIS
GALERIES LAFAYETTE
Acheteur Beauté H/F
CDI · PARIS
HERMES SERVICES GROUPES
CDI - Responsable Réceptions-Expéditions (H/F)
CDI · PANTIN
Publicités
Par
AFP
Publié le
29 juil. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le luxe a toujours le vent en poupe mais le rythme a ralenti

Par
AFP
Publié le
29 juil. 2013

PARIS (France), 26 juil 2013 (AFP) - La croissance du luxe se poursuit loin de la crise, même si le rythme de progression des ventes et des bénéfices des LVMH, Kering, Hermès et autres Swatch a ralenti par rapport aux performances extrêmes des dernières années.

Les poids lourds du secteur ont affiché ces derniers jours des résultats en croissance pour le premier semestre 2013, marqués en général par une accélération des ventes entre le premier et le deuxième trimestre, meilleur qu'attendu.

AFP

Sur le six premiers mois, LVMH (Louis Vuitton, Céline, Bulgari, Givenchy, Guerlain...) a vu son chiffre d'affaires grimper de 6%, à 13,7 milliards d'euros. Le pôle luxe de Kering (Gucci, Bottega Veneta, Saint Laurent, Boucheron...) a lui fait +5,3% et franchi les 3 milliards d'euros. Hermès a progressé de 11% à 1,76 milliard d'euros.

Des croissances essentiellement à un chiffre, et non plus deux, marquées pour beaucoup par un ralentissement en Asie et une bonne tenue de la zone Amérique, et pour certaines marques, par de belles performances en Europe.

Même si les bénéfices reculent, les poids lourds du secteur affichent leur confiance pour l'ensemble de l'année 2013. Swatch, Hermès, LVMH ou Kering attendent tous un second semestre de bonne facture.

Le discours des géants du luxe se veut néanmoins prudent face à une aggravation possible des effets de change. Faiblesse du yen oblige, les dépenses de luxe des touristes japonais en voyage ont chuté, par exemple. Mais elles sont compensées en bonne partie par la hausse des ventes au Japon.

Le moteur asiatique grippé?

En début d'année, l'inquiétude planait sur le fait que le formidable moteur asiatique du luxe, qui fonctionne largement grâce aux Chinois, puisse se gripper en raison d'un ralentissement de la consommation chinoise. Un avertissement sur résultat lancé en septembre par Burberry avait marqué les esprits.

Les résultats du premier trimestre 2013 portaient la marque d'un essoufflement, Vuitton et Gucci notamment avaient connu leur plus faible croissance depuis des années. Mais le deuxième trimestre semble rassurer.

Le moteur asiatique tourne certes moins vite qu'avant. Les exportations de montres suisses en Chine ont faibli, notamment à cause d'une campagne anti-corruption des autorités chinoises contre les riches cadeaux.

Mais le luxe peut compter sur une bonne résistance des marchés "matures": l'Europe, grâce aux achats des touristes dépensiers, et l'Amérique, où l'amélioration de la situation économique et une présence accrue des groupes dopent les ventes.

De petites marques devenues grandes progressent toujours vite, comme Bottega Veneta chez Kering, ou encore Céline chez LVMH.

Plus vite, forcément, que le numéro un mondial Louis Vuitton (plus de 7 milliards d'euros de ventes annuelles) ou le numéro deux Gucci, qui affichent chacun autour de 4% de croissance au premier semestre.

Dans ce décor, certains veulent tenter leur chance: le richissime Qatar vient d'annoncer le lancement de sa marque de luxe, Qela. Une première boutique ouvrira en septembre à Doha, une seconde quelques mois plus tard à Paris.

Pour se rendre plus "désirable", Vuitton (comme Gucci) s'emploie à faire monter en gamme son image, via des produits plus sophistiqués et une sélectivité de ses points de vente. Avec succès, selon LVMH. Les articles de cuir, plus coûteux que ceux fabriqués dans la célèbre toile enduite de Vuitton sont en fort développement.

Et les poids lourds du luxe continuent de multiplier les acquisitions. Dernière en date, celle de 80% de l'Italien Loro Piana annoncée par LVMH au début du mois. Pour deux milliards d'euros.

ak/cb/kat/mr



Par Audrey KAUFFMANN

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.