×
Publicités
Par
Ansa
Traduit par
Cecile Herrero
Publié le
10 nov. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le luxe doit s'attendre à un ralentissement de sa croissance en 2022, selon Goldman Sachs

Par
Ansa
Traduit par
Cecile Herrero
Publié le
10 nov. 2021

Le luxe va moins briller dans les années à venir, selon Goldman Sachs. En 2022, selon le rapport annuel de la banque d'affaires, les ventes de biens de luxe ralentiront, avec une croissance de 9% contre une prévision précédente de 13,5%. Pour 2023, l'estimation est aussi revue à la baisse à +8% (elle était de 11% auparavant). En cause, le ralentissement de la Chine, où il est prévu une croissance annuelle de 5% en 2022 et en 2023, alors qu'avant les analystes tablaient sur +13% et 11% respectivement. La Chine pesant à elle seule 38% du marché global du luxe, les estimations à la baisse pour le pays ont une incidence significative sur les prévisions globales du secteur.


@hermes


La consommation de biens de luxe peut très largement varier selon le contexte économique et la confiance des consommateurs. Goldman Sachs a relié l'analyse du PIB dans ce rapport, en se basant sur une estimation de croissance globale de -3% pour 2022.

Dans ce contexte, le rapport met en évidence des possibilités de croissance plus positives pour les marques qui possèdent la capacité de conquérir de nouvelles parts de marché, en ayant les capacités financières pour soutenir la croissance future. Le rapport cite des groupes comme LVMH, Richemont, Kering, Prada ou Burberry, qui rempliraient ces critères de croissance.

A l'inverse, Goldman Sachs déclasse Hermès et Moncler de "neutre" à "vendre". Pour Hermès, qui offre normalement aux investisseurs un profil de croissance best-in-class, les prévisions revues montrent une marge limitée de potentielle croissance. Selon la banque d'affaires, d'autres marques offrent des potentiels de croissance à des prix plus avantageux. Pour Moncler, les prévisions sur l'Ebit pour 2022 sont inférieures de 6% au consensus Visible Alpha.