×
Publicités
Par
AFP
Publié le
10 déc. 2010
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le luxe reprend des couleurs aux USA dopé par le rebond de Wall Street

Par
AFP
Publié le
10 déc. 2010

NEW YORK, 10 déc 2010 (AFP) - Art contemporain, vins fins, bijoux, prêt-à-porter, parfums... Le marché du luxe reprend des couleurs aux Etats-Unis, alimenté par le retour des profits boursiers et l'optimisme retrouvé à Wall Street.


Douze bouteilles de Château Lafite Rothschild 1982 adjugées 66.500 dollars, une bouteille de Château Latour 1878 partie pour 13.313 dollars... Lors d'une vente aux enchères de vins fins organisée en ce début décembre à New York, Jeff Zacharia, le président de la maison d'enchères de vins fins Zachys, se frotte les mains.

"Les gens de Wall Street sont de retour, ils ont eu de bons résultats cette année et vont percevoir de gros bonus. Il y a de l'argent disponible et ces gens sont intéressés par les vins hors du commun", se réjouit-il.



Le luxe reprend des couleurs aux Etats-Unis. DR
Les ventes d'art contemporain sont elles aussi reparties deux ans après la crise financière, et les maisons d'enchères Christie's et Sotheby's ont accumulé les records cet automne.

Pour autant, le marché n'a pas retrouvé son exubérance d'avant la crise, quand "tout se vendait tout le temps à des prix sans précédent", note Amy Cappellazzo, co-directrice des ventes d'art contemporain chez Christie's.

Mais "le marché est bien meilleur qu'en 2009 et fin 2008 et on voit des prix extrêmement élevés pour des pièces d'exception", précise-t-elle à l'AFP.

Les indices boursiers ont pris environ 10% depuis le début de l'année et leur rebond se ressent dans celui des ventes d'art.

"Quand les gens gagnent de l'argent, on les voit le dépenser chez Christie's", constate-t-elle, ajoutant que "les acheteurs venus des fonds spéculatifs américains sont des acteurs importants du marché", même si les collectionneurs venus des grands pays émergents se multiplient.

Selon le Wall Street Journal, le patron du fonds spéculatif SAC Capital, Steve Cohen, a d'ailleurs "dépensé 300.000 dollars en cinq minutes" à la foire d'art contemporain de Miami début décembre, faisant fi d'une enquête de la police fédérale américaine qui cherche à savoir si son fonds est mêlé à une vaste affaire de délit d'initié.

D'autres secteurs du luxe sont également à la fête. Dans leurs derniers résultats trimestriels, des groupes comme Estée Lauder (cosmétiques et parfums) ou Hermès (prêt-à-porter et accessoires de luxe) ont fait part de ventes en nette hausse aux Etats-Unis.


Le luxe repart à la hausse aux Etats-Unis. DR"Dans la zone Amérique, la croissance des ventes atteint 23%, notamment grâce au succès du premier magasin Hermès dédié à l'univers masculin inauguré en début d'année sur Madison Avenue, à New York", remarquait Hermès.

La fédération américaine des détaillants (NRF) a salué un bond des ventes dans les enseignes de luxe, notamment celles de bijoux à l'orée de la saison des fêtes. Jie Zhang, professeur spécialisée dans la distribution à l'Université du Maryland, s'attend à une bonne saison des fêtes pour le secteur du luxe et du haut de gamme "car les ménages à hauts revenus sont ceux qui profitent le mieux de la reprise".

Les fêtes d'entreprise sont également de retour, après avoir souvent été supprimées ces deux dernières années. "Le goût amer des réductions de coûts" et des licenciements, parfois à la pelle, "est encore frais et certaines entreprises tentent de conserver à ces festivités une ampleur relativement modeste", commente dans un communiqué le cabinet de chasseur de têtes Challenger, Gray and Christmas.

L'économie à "New York rebondit plus vite qu'ailleurs", souligne toutefois le cabinet. "Il devrait donc y avoir dans cette ville des fêtes assez extravagantes".Par Véronique DUPONT

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.