×
Publicités
Publié le
14 mars 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le luxe se mobilise pour attirer les jeunes vers les métiers de sa filière artisanale

Publié le
14 mars 2022

La pénurie de petites mains et d’experts dans la filière artisanale inquiète l'industrie du luxe. Cette semaine pas moins de trois acteurs importants du secteur, entre la France et l’Italie, ont lancé des initiatives pour tenter d’attirer les jeunes, en particulier les lycéens et les étudiants, vers ces métiers. LVMH avec sa tournée "You and Me", le Comité Stratégique de Filière Mode & Luxe avec sa campagne "Savoir pour faire" et Altagamma avec son projet "Adopte une école".


La page d'accueil de Savoir pour Faire - savoirpourfaire.fr


Comme chaque année depuis 2015, le numéro 1 du luxe part en tournée dans différentes villes de France pour sensibiliser "collégiens, lycéens, étudiants et personnes en conversion" aux métiers d’excellence liés à la création, l’artisanat et l’expérience client. L’objectif est "de faire découvrir au plus grand nombre une large palette de formations en alternance et stages, mais aussi d’offre d’emplois, dans plus de 30 métiers aussi variés que styliste, couturier, maroquinier ou encore conseiller de vente", indique LVMH dans un communiqué.

Pour cette 8e édition, baptisée "You and Me" et parrainée par le basketteur Tony Parker, le groupe va proposer 1.200 contrats à pourvoir d’ici à fin avril, dont 600 en apprentissage et stage et 600 CDD ou CDI. Le marathon a débuté le 9 mars à Clichy-sous-Bois. Il se poursuit à Reims le 18 mars, à Valence le 23 mars, à Orléans le 1er avril, pour se terminer à Paris le 6 avril.

Une autre opération séduction envers les jeunes est celle menée par le Comité stratégique de filière (CSF) Mode et luxe, présidé par Guillaume de Seynes (Hermès). Cet organe du Conseil National de l’Industrie rassemble les professionnels du secteur, les pouvoirs publics et les organisations syndicales. A travers le "Contrat Stratégique de filière" signé avec le gouvernement en 2019, il promeut la production française, notamment en termes de formation et d’emploi.

Avec sa campagne "Savoir pour faire" et un site dédié (savoirpourfaire.fr), il propose notamment en cette période d’orientation cruciale pour les lycéens en terminale des pistes et toutes sortes d’informations et supports pour leur permettre de trouver éventuellement leur voie dans la filière mode et luxe. Cela va d’un coach virtuel, à des rencontres avec des écoles et enseignants, des visites d’ateliers ou encore des podcasts sur sa chaîne YouTube dédiée.

De l’autre côté des Alpes, la fondation qui réunit les principales entreprises du luxe, Altagamma, vient de lancer le projet "Adopte une école" pour favoriser "une collaboration active entre maisons et écoles afin de permettre une plus grande implication des jeunes vers les métiers manuels de nouvelle génération, qui constitue un élément incontournable pour l’excellence du made in Italy". L’idée est d’identifier des formations plus en phase avec les besoins des entreprises, visant ainsi à réduire l'écart entre les compétences recherchées et les programmes d'enseignement. Bottega Veneta, Brioni, Bulgari, Fendi, Herno, Isaia, Loro Piana, Moncler et Salvatore Ferragamo ont adhéré, entre autres, à l’initiative.

"L'initiative entend également améliorer la perception de ces métiers grâce à l'attractivité des marques. Avec un taux de chômage des jeunes de 28%, les emplois manufacturiers sont une belle opportunité pour les jeunes. La formation de nouveaux talents en devenir est essentielle pour donner un élan et une continuité au secteur haut de gamme qui emploie en Italie, entre direct et indirect, près de 2 millions de personnes", souligne Altagamma. Pour rappel, en France, selon les derniers chiffres remontant à 2018, la filière mode et luxe représentait plus de 600.000 emplois directs.
 
Parallèlement, Altagamma publie la deuxième édition de son livre "I Talenti del Fare", pour identifier les besoins futurs de la filière de production italienne. Selon les estimations de cette publication, dans les cinq prochaines années "près de 346.000 profils techno-professionnels seront recherchés dans les secteurs de mode, design, ameublement, alimentation, hospitalité et automobile".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com