×
Publicités
Par
AFP
Publié le
30 janv. 2006
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le maire de Paris va saisir M. Larcher sur la situation à la Samaritaine

Par
AFP
Publié le
30 janv. 2006

PARIS, 30 jan 2006 (AFP) Le maire de Paris Bertrand Delanoë (PS) va saisir le ministre de l'Emploi Gérard Larcher de la situation de la Samaritaine, dont la fermeture en juin 2005 pour 6 ans par le groupe LVMH touche 1 500 emplois directs et indirects, selon la mairie.


Manifestation d'employés devant la Samaritaine
Photo : Emilie Kremer

Répondant à des questions d'actualité des groupes UMP, MRC et communiste lors du Conseil de Paris, Lyne Cohen-Solal (PS) a indiqué que le maire de la capitale allait également convoquer un nouveau comité de vigilance pour l'emploi consacré au grand magasin.

L'adjointe au maire a toutefois fait part du souhait de la municipalité de ne pas interférer dans la négociation à venir, par les partenaires sociaux, d'un plan de sauvegarde de l'emploi. Celui-ci doit être présenté le 6 février au comité d'entreprise de la Samaritaine.

Jean-François Legaret (UMP) a estimé que la réponse de la municipalité était "loin de satisfaire" son groupe. Il a notamment demandé que la mairie fasse procéder à une contre-expertise après le rapport d'experts remis aux syndicats.

"Si ce qu'ont dit ces experts est exact, c'est terrible. Cela veut dire que LVMH a utilisé des normes de sécurité pour casser une entreprise comme la Samaritaine", a-t-il dit à l'appui de sa requête.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.