×
7 321
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Le marché du jeans était en berne en France en 2018

Publié le
today 14 mars 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le marché du jeans n’est pas au meilleur de sa forme depuis quelques années et une étude Kantar Worlpanel sur l’année 2018 le confirme. Ainsi, l’année dernière, « 68 millions de jeans ont été achetés, en recul de 4 %, pour un chiffre d’affaires de 1,85 milliard d’euros, en baisse de 8 % comparé à 2017 »,  indique Mélanie Vinçot, chef de groupe chez Kantar Worldpanel.


Le marché du jeans en France reste à la peine en 2018 - DR


Au total, 51,1 % des Français de plus de 15 ans ont acheté un jeans l’année dernière contre 52,1 % l’année précédente. Ce chiffre atteint son niveau le plus bas depuis quatre ans. Le budget annuel moyen dédié passe à 70 euros contre 75 euros l’année précédente tandis que le prix moyen d’achat par produit atteint 27,2 euros contre 28,5 euros en 2017. Les Français ont acheté un panier moyen de 1,3 jeans, deux fois dans l’année.

Si le marché du jeans féminin avait augmenté depuis 2014, passant au-dessus du marché du jeans masculin en 2015, en valeur, il connaît une baisse assez proche de l’homme en 2018. Le marché du jeans femme perd ainsi 7 % en valeur (969,4 millions d’euros) et 38 000 acheteuses tandis que le marché du jeans homme perd 9 % en valeur (878,4 millions d’euros) et 58 000 acheteurs. A noter qu’en 2017, le marché du jeans féminin avait augmenté sensiblement alors que celui destiné au masculin était quasi stable. Selon Kantar Worldpanel, cette désaffection des femmes pour les jeans tient notamment à des transferts d’achat sur d’autres produits avec un boom du short à +21 % en valeur, gagnant 128 000 acheteuses, une robe en bonne forme à +5 % en valeur séduisant +68 000 acheteuses et dans une moindre mesure une jupe à +1 % en valeur. Le jeans, tous genres confondus, souffrent également d’une baisse du trafic en magasin et des achats de prêt-à-porter en général.

Peu de surprises du côté des circuits de distribution. Outre le digital, qui reste le deuxième circuit avec 11,3 % de parts de marché en valeur, deux circuits « plus petits et moins présents sur ce marché » progressent : les magasins de sport, dont la part de marché en valeur passe de 2,7 % à 3,5 %, et les soldeurs, qui voient leur part de marché gagner 0,4 % à 2,9 %. Le premier circuit demeure les chaînes de centre-ville et de centres commerciaux avec 48,3 % de parts de marché contre 46,3 % en 2017 malgré un recul de leurs résultats aussi bien en volume (-2 %) qu'en valeur (-4 %), mais qui s’avèrent moins importants que les baisses du marché. Les indépendants et les grands magasins, offline, perdent du terrain : 9,3 % de parts de marché en valeur pour les premiers contre 10,6 % et 4,5 % de parts de marché en valeur pour les seconds contre 5,9 %

Enfin, bien que cela reste encore une niche, les jeans éthiques percent peu à peu. Entre 2015 et 2018, les jeans avec « mention » (ce qui comprend tous les jeans transparents sur leur sourcing, les jeans bio et les écoresponsables) ont attiré 2,1 % des Français contre 1,1 % auparavant. Ces 2,1 % représentent tout de même 1,1 million de Français qui se sont intéressés à ces produits.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com