×
Par
Reuters
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
5 mars 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le modèle de magasins plus petits semble réussir à Abercrombie & Fitch

Par
Reuters
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
5 mars 2020

Abercrombie & Fitch a surpassé les estimations de ventes et de bénéfices trimestriels grâce à ses nouveaux magasins, moins grands, qui ont attiré plus de clients pendant la période des fêtes de fin d'année, permettant d'écouler un plus grand nombre de jeans et de robes.



Alors que les centres commerciaux aux États-Unis souffrent de la montée en puissance du e-commerce, l'enseigne américaine a dû fermer ou réduire la taille de dizaines de ses gigantesques flagships, et se concentrer sur l'ouverture de petits magasins et de pop-up stores, plus rentables.

Les recettes de l'entreprise, qui tire 70 % de son chiffre d'affaires de ses propres points de vente, s'améliorent à mesure qu'Abercrombie rénove ses magasins, préférant des intérieurs plus lumineux et des cabines d'essayage plus grandes à son image de marque sexy et très marquée "années 2000".

"Les magasins Abercrombie étaient tout simplement démodés. Ils étaient sombres, bruyants et embaumaient de parfum, soutient Gabriella Santaniello de la société d'étude sur le commerce de détail A-Line Partners. Ce nouveau type de magasin donne à la marque une image plus moderne et focalise l'attention du client sur son offre de produits".

Les ventes à magasins comparables pour la marque Abercrombie ont augmenté de 8 % au quatrième trimestre, dépassant les estimations des analystes, qui tablaient sur une hausse de 3,3 %, selon les données de Refinitiv.

Toutes enseignes confondues, les ventes en comparable aux États-Unis ont augmenté de 3%, mais ont diminué dans la même mesure à l'échelle internationale en raison de la lenteur de la rénovation de ses magasins Hollister en dehors des États-Unis.

Au quatrième trimestre, les ventes du groupe ont augmenté de 2,5 % à 1,18 milliard de dollars (1,06 milliard d'euros), au-delà des estimations des analystes, qui tablaient sur 1,17 milliard de dollars. Le bénéfice net est tombé à 83,1 millions de dollars (74,3 millions d'euros), soit 1,29 dollar par action, contre 96,94 millions de dollars (86,7 millions d'euros), ou 1,42 dollar par action, au cours de la même période de l'exercice précédent. Hors éléments exceptionnels, Abercrombie a engrangé 1,31 dollar par action, au-dessus des attentes de analystes qui misaient sur 1,23 dollar par action.

Néanmoins, l'épidémie de coronavirus pourrait amputer ses recettes pour 2020. Selon Scott Lipesky, le directeur financier de la société, la propagation rapide du virus a d'ores et déjà entraîné la fermeture temporaire de certains points de vente en dehors de la région Asie-Pacifique, et une faible fréquentation dans les principales destinations touristiques.

Pour l'exercice 2020, Abercrombie prévoit une croissance comprise dans une fourchette très incertaine, entre 0 % et 2 %, alors que les analystes prévoyaient une hausse de 1,6 %.
 

© Thomson Reuters 2021 All rights reserved.