×
Par
AFP
Publié le
21 mai 2009
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le Musée du Design et de la Mode de Lisbonne enfin en "Avant-Première"

Par
AFP
Publié le
21 mai 2009

LISBONNE, 21 mai 2009 (AFP) - Entre deux piliers de béton grossièrement colmatés, le surréalisme des robes d'Elsa Schiaparelli répond au modernisme d'un placard Le Corbusier : après trois ans d'imbroglio politico-juridique, le Musée du Design et de la Mode (MUDE) de Lisbonne sort enfin des caisses pour une "Avant-Première".


Photo : Francisco Leong/AFP

Dans un édifice désaffecté de plus de 12 000 mètres carrés, siège de l'ancienne Banque nationale d'outremer, en plein cœur de la Baixa lisboète, 170 pièces emblématiques du design et de la mode du 20e siècle sont exposées du 22 mai au 11 octobre.

Squelette de béton portant les stigmates de la démolition de ses luxueux aménagements, le bâtiment, autrefois symbole de la puissance de l'Empire portugais, n'a sauvé du temps de sa splendeur qu'un immense comptoir circulaire en marbre noir et vert, devenu élément central d'une mise en scène qui favorise le dialogue entre objets, époques et créateurs.

De part et d'autre du comptoir, la fonctionnalité épurée de la chambre d'étudiant créée en 1956 par le duo Perriand/Le Corbusier s'oppose à l'explosion de couleurs du sofa en peluches des jeunes designers brésiliens Fernando et Humberto Campana.

"Pour cette Avant-Première, nous avons sélectionné des pièces, non en fonction de leur valeur ou de leur rareté mais des objets qui ont transformé les mentalités, l'image du corps, la conception de l'habitat et la notion même de design", explique la directrice du MUDE, Barbara Coutinho.

Chaque espace est minutieusement scénarisé, contextualisé à l'aide de musiques, images ou films d'époque.

La chaise "Classic" de Hans Wegner (1949) est exposée face à un écran diffusant le premier débat télévisé Nixon-Kennedy de 1960 pour lequel elle avait été sélectionnée. Plus loin, le tailleur "new-look" de Christian Dior côtoie une Vespa "dans le même optimisme post-guerre", explique le président du conseil de gestion du MUDE, Francisco Capelo, dont la collection achetée par la ville de Lisbonne en 2002 est à l'origine du musée.

Si l'exposition présente une infime partie de cette collection riche de 2 500 créations des plus grands noms du design et de la mode, l'ouverture encore symbolique du MUDE constitue un "moment très spécial", reconnaît Barbara Coutinho, directrice d'un musée fantôme, depuis la fermeture "provisoire" en 2006 du premier musée du design de Lisbonne.


Photo : Francisco Leong/AFP

Depuis lors, le sort de la collection Capelo a fluctué au gré des changements politiques et en 2007, un premier projet d'installation tourne court, la vente de l'immeuble étant annulée en justice.

Aussi, quand en décembre 2008, la municipalité vote enfin l'attribution d'un bâtiment au MUDE avec l'objectif de redonner vie au coeur déserté de Lisbonne, Barbara Coutinho refuse d'attendre plus longtemps.

Sans calendrier pour des travaux de réhabilitation et redoutant de "nouvelles indécisions" en cette année électorale au Portugal, "nous avons opté pour une stratégie d'occupation de cet espace, décadent c'est vrai mais qui nous émerveille chaque jour", explique en souriant la jeune femme à la détermination inébranlable.

Sur les sept étages du bâtiment, "seul le rez-de-chaussée a été occupé pour l'Avant-Première. Mais dès juin, une nouvelle exposition est prévue au 1er étage. Il nous reste cinq étages à conquérir!", s'enflamme Francisco Capelo, visiblement pressé de voir exposées ses plus belles pièces qui dorment toujours dans un entrepôt de la banlieue lisboète.

"Le comble, précise Barbara Coutinho, c'est que sous nos pieds nous avons les plus belles réserves qui soient : le réseau des chambres fortes de la banque !".

Pour ses premiers dix-huit mois d'existence, le budget du MUDE s'élève à un million d'euros, entièrement financé par l'Office du tourisme portugais.

Par Anne LE COZ

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.