×
7 296
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Le nouvel Accélérateur Mode & Luxe dévoile sa promotion

Publié le
today 9 oct. 2019
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Quelques-uns des projets mode français les plus dynamiques de ces dernières années ont rendez-vous sur la scène de Bercy ce 10 octobre à Paris. Modetrotter, Bonne Gueule, Etudes, 1083, Marine Serre, Ines de la Fressange, Rabih Kayrouz ou encore Bangle Up font partie des 31 sociétés qui intègrent le premier Accélérateur Mode & Luxe dont la promotion est dévoilée ce jeudi après-midi.


Guillaume Mortelier, directeur exécutif en charge de l'accompagnement - BpiFrance


Renforcer l'écosystème Mode et Luxe, telle était l'une des ambitions affichées lors de la signature du contrat de filière en début d'année, avec les grands acteurs du secteur et le gouvernement dans l'enceinte de l'IFM, à Paris. Un des projets annoncés qui avait alors attiré notre regard était la création de cet Accélérateur mode et luxe, confié à Bpifrance. Celui bénéficie de l'aval du DEFI, de Francéclat et du CTC. Ses contours ont depuis été définis. Et à l'occasion d'Inno Génération, la grand-messe célébrant la vivacité des entrepreneurs français dans le palais omnisports de Paris-Bercy, le projet est officiellement lancé ce 10 octobre.

Il réunit des entrepreneurs à la tête de marques de mode, mais aussi des façonniers et des distributeurs qui réalisent entre 2 et 20 millions d'euros de chiffre d'affaires et ont au moins trois années d'existences. "Il y avait de nombreux candidats potentiels pour rejoindre l'accélérateur. D'ailleurs nous avons passé la barre des trente entreprises, explique Guillaume Mortelier, directeur exécutif en charge de l'accompagnement de Bpifrance. Nous nous sommes appuyés sur l'écosystème existant avec les comités professionnels de développement économique pour identifier des entreprises solides à accompagner dans leur progression, mais aussi dont les dirigeants seraient disponibles pour ce programme collectif".

Concrètement, le nouveau dispositif entend apporter une brique supplémentaire aux outils d'accompagnement existants que sont les différentes incubateurs, les solutions de garantie de fonds propres ou encore les fonds privés ou le fonds Mode&Finance de la BPI.

Jouer collectif



"Nous avons créé le premier accélérateur en 2015. La volonté était d'apporter à des dirigeants de PME des conseils de qualité auxquels la taille de leur structure ne leur donne généralement pas accès, explique le responsable de Bpifrance. Aujourd'hui nous avons lancé 33 accélérateurs, que ce soit en régions ou par filière, supervisés par Noé Meyerfeld. Nous avons un vivier de 250 consultants experts auxquels ils vont avoir accès sur une quinzaine de thématiques. Il vont disposer de l'équivalent de 10 jours de conseils dans un parcours de douze mois".

Concrètement les dirigeants impliqués issus de neuf régions différentes, qui ont pour nombre d'entre eux déjà eu recours aux solutions de la BPI, bénéficient de ces entretiens au sein de leur entreprise mais aussi de cinq séminaires, tous ensemble. Ceux-ci se tiendront sur les thématiques clés du secteur que ce soit sur des thèmes aussi différents que le modèle économique, le développement international ou le recrutement et seront accompagnés d'e-learning.


Le logo du nouvel accélérateur - BpiFrance


Mais pourquoi ne pas avoir créé un accélérateur seulement avec des marques ? "L'intérêt c'est la solidarité qui se crée. Les intervenants conservent la confidentialité sur chaque entreprise, mais les dirigeants partagent ce qu'ils souhaitent. Nous avons voulu être sur toute la filière avec des façonniers, des marques et des distributeurs digitalisés pour qu'ils travaillent ensemble sur les enjeux du secteur comme l'anticipation, le recyclage, la production ou l'internationalisation. La marque n'a pas forcément de visibilité sur les enjeux de la façon et les façonniers ne saisissent pas les questionnement des marques. Cela donne une cohérence. Nous l'avons vu dans l'aéronautique, témoigne Guillaume Mortelier. L'accélérateur a permis à plusieurs acteurs de se connaître, de se faire confiance et nous avons eu une consolidation du secteur avec les sociétés qui faisaient partie de l'accélérateur".

A voir donc comment les Kidur, Oteline, Créations JC Perrin, Sophan, De Rigueur, Cléon, Julien Faure, la Confection de Sully ou Haspolo pourront imaginer des passerelles avec Ines de la Fressange, Inouitoush, Le Mont Saint Michel, Adresse ou la maison Rabih Kayrouz. Si les projets collectifs n'émergent pas de chaque accélérateur, Guillaume Mortelier affiche son enthousiasme pour les résultats des premiers dispositifs. "Nous voyons que rapidement les sociétés participantes revoient leur structure au cours de l'année, améliorant systématiquement leur efficience opérationnelle, explique-t-il. La dynamique collective leur fait engager. Notre seconde mesure est réalisée après la sortie de l'accélérateur. Sur notre recul de deux à trois ans, nous avons comparé des profils d'entreprises d'un secteur ayant la même dynamique. Après deux à trois ans, les sociétés sorties de l'accélérateur affiche 5 à 10 points de croissance de plus que leurs concurrents", affirme le responsable de l'accompagnement pour Bpifrance.

Les attentes autour de cet Accélérateur Mode & Luxe sont donc fortes. Et notamment de voir émerger parmi ces 32 acteurs les futurs champions du secteur.


Liste des entreprises et marques : Bonne Gueule, Hartford, Inouïtoosh, De Rigueur, Racer, Confection de Sully, Adresse, Maison Rabih Kayrouz, Atelier Paulin, Orca accessoires, Créations JC Perrin, 1083, Oteline, Kidur, Etablissements Cambour, Sophan, Haspolo, Belinac, Atelier Particulier, Ines de la Fressange, Modetrotter, Julien Faure, Bangle Up, Marine Serre, Etudes Studio, Atelier Bouder, Jack Gomme, Callistorea, Cléon, Le Mont Saint Michel, Sabre.