×
Publicités
Par
Reuters
Publié le
18 juil. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le pass sanitaire ne s'appliquera qu'aux grands centres commerciaux

Par
Reuters
Publié le
18 juil. 2021

PARIS (Reuters) - La mise en œuvre du pass sanitaire pour lutter contre la recrudescence du Covid 19 en France ne concernera que les plus grands centres commerciaux dont la superficie dépasse 20.000 mètres carrés, a précisé le ministre de l'Économie Bruno Le Maire dans un entretien au Journal du Dimanche.


Bruno le Maire - Reuters



Emmanuel Macron a annoncé il y a une semaine une série de mesures destinées à lutter contre l'épidémie, dont l'élargissement de l'obligation du pass sanitaire à de nombreux événements. Ce document obtenu grâce à un schéma vaccinal complet, à un test PCR négatif ou à une preuve de guérison du COVID-19 de moins de six mois, doit être élargi début août aux lieux culturels, aux restaurants et bars, aux hôpitaux, aux transports longue distance et aux centres commerciaux.

Cette annonce a suscité de nombreuses interrogations parmi les professionnels concernés sur les modalités de sa mise en oeuvre. "Les chefs d’entreprise ont des inquiétudes, je souhaite les rassurer: nous ferons preuve de compréhension", explique Bruno Le Maire dans le JDD. "Nous proposons ainsi que seuls les plus grands centres commerciaux, d’une superficie supérieure à 20 000  mètres carrés, soient concernés", ajoute-t-il.

Le projet de loi prévoyant l'extension du pass sanitaire ainsi que l'obligation pour les soignants de se vacciner doit être présenté lundi en conseil des ministres. Si les annonces faites par Emmanuel Macron ont provoqué une ruée vers les centres de vaccination avec plus de 3 millions de RDV pris depuis son allocution, elles suscitent également une fronde dans une partie de la population qui dénonce des mesures attentatoires aux libertés individuelles. Plus de 110.000 personnes ont défilé samedi dans toute la France pour dénoncer ce qu'elles considèrent comme une "dictature sanitaire".

Dans un entretien au quotidien Le Parisien publié dimanche, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a dénoncé "une frange capricieuse et défaitiste, et très minoritaire, qui se satisferait bien de rester dans le chaos et l'inactivité". Soulignant que le taux d'incidence en France était repassé au-dessus du seuil d'alerte de 50 sur 100.000 habitants, il a martelé: "Il faut être clair : dorénavant, c'est soit la vaccination générale, soit le tsunami viral, il n'y a pas d'autre alternative".
 

© Thomson Reuters 2021 All rights reserved.