×
Publicités
Publié le
11 janv. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le Pitti Uomo 101 démarre sous le signe de l’optimisme en dépit du Covid-19

Publié le
11 janv. 2022

Un grand soleil a accueilli les premiers visiteurs du Pitti Uomo en son jour d'ouverture, mardi. Après avoir montré patte blanche (pass sanitaire, prise de température, masques FFP2 et accréditation), acheteurs, presse et exposants se sont dispersés aux quatre coins de la Fortezza da Basso, qui accueille en simultané jusqu’au 13 janvier le salon référence pour la mode homme et le Pitti Bimbo, dédié à la mode enfant. Si certaines allées pouvaient sembler plus clairsemées qu’à l’habitude, à l’intérieur des pavillons et de certains stands, la foule se pressait dans une certaine effervescence.


Le parvis devant le pavillon central du Pitti Uomo mardi matin - Pitti Immagine

 
En dépit des rendez-vous annulés à la dernière minute "pour cause de fièvre", et d’un peu plus d’une cinquantaine de défections de la part des d’exposants, l’optimisme l’emporte. Visiblement contents de se retrouver, certains visiteurs se donnent l’accolade et l’on devine des sourires sous la plupart des masques. "Ce qui m’étonne, c’est de voir autant de gens", glisse un acheteur croisé dans le pavillon central. "Je m'attendais à moins d’affluence", renchérit un autre, agréablement surpris, en parlant de "vibrations positives". "Nous avons tous envie de revenir à une vraie normalité", glisse-t-il.
 
Entre une moins grande fréquentation, la nécessité de préserver une certaine distanciation et les annulations de ces derniers jours, voire heures, le Pitti Uomo semble s’être dilaté avec des espaces plus amples et aériens. Les vides générés par les exposants absents ont été réaménagés en salons, où se poser entre un rendez-vous et l’autre. Les stands sont tous très beaux et soignés.

"Certaines marques ont lâché, mais la plupart résistent et ont investi pour participer au Pitti Uomo. En étant ici, elles sentent qu’elles font partie d’un système", observe la directrice d’une agence de communication. "En fait, ce qu’il manque ce sont les acheteurs internationaux. Mais lorsque l’on n’a pas d’expectatives, tout semble plus beau", résume-t-elle. Les Asiatiques sont notamment absents, tout comme les Russes, privés de déplacements en raison du vaccin Spoutnik qui n’est pas reconnu par le passe sanitaire européen.
 
Force est de reconnaître qu’organiser cette 101e édition a été un tour de force, et les organisateurs florentins ont été chaudement applaudis lors de la conférence d’ouverture, mardi matin. Comme l’a souligné le président de Pitti Immagine, Claudio Marenzi : "Cela a été très compliqué. Il aurait été beaucoup plus facile pour nous de ne pas faire le salon. Mais cela a été une décision sage pour donner un signal au secteur, qui se reprend, malheureusement pas pour tout le monde, laissant en arrière les entreprises de l’amont du secteur du textile et des produits semi-finis".
 
"Nous avons perdu des exposants, nous avons dû annuler des événements, mais cette 101e édition avec son nombre palindrome a quelque chose de magique. Elle ne pourra pas être brillante comme les éditions du passé, mais elle va marquer un nouveau départ. En trois jours, le Pitti Uomo permet aux acteurs du marché de comprendre la saison à venir. Ce salon est au centre du secteur. Il est fondamental pour le made in Italy et nos PME", expose-t-il.


Une bonne affluence a été perçue mardi dans les différents pavillons du salon - Pitti Immagine

 
"Pour organiser un tel salon, il fallait un zeste de folie", lâche dans un sourire Sergio Tamborini, le nouveau président de Sistema Moda Italia (SMI), la confédération patronale réunissant toutes les entreprises du textile et de l’habillement en Italie. "Pitti Uomo est toujours la première manifestation du calendrier. Pour nous, c’est un exemple de courage", ajoute-t-il en rappelant que la mode masculine transalpine n’a pas encore récupéré son niveau de 2019.
 
"La réalisation de cette édition est un grand message de force, de confiance et d’espoir", déclare de son côté le maire de Florence, Dario Nardella, qui a témoigné une fois de plus l’engagement de la ville au côté des organisateurs du salon, détaillant les nombreux chantiers engagés pour moderniser la Fortezza da Basso et augmenter sa capacité. "Au total, 68 millions d’euros vont être investis, qui nous permettrons de livrer à Pitti Immagine une structure d’avant-garde à 5 minutes de la gare et du centre historique", conclut-il.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com