Le plan de collection : comment trouver l'équilibre entre créativité et efficacité commerciale ?

Bien rodé désormais, le service de conseil du salon de mode parisien Who’s Next s’enrichit chaque saison de nouvelles thématiques. Du 6 au 9 septembre, Irène Van Ryb intègre ainsi les rangs de ces « experts » choisis pour éclairer le parcours de visiteurs ou exposants qui auraient besoin de leurs lumières. Si Irène Van Ryb rejoint cette équipe de conseil, c’est que sa double casquette de créatrice et de gestionnaire de sa propre marque par le passé lui a permis d’agréger des connaissances qui pourraient être utiles à bien des acteurs, jeunes ou établis. Et d’aborder lors de cette édition une thématique clé : le plan de collection, ses implications et ses risques.


Irène Van Ryb - DR

Pour Irène van Ryb, dans le contexte de déconsommation qui frappe l'industrie de la mode, l'enjeu est majeur : « Aujourd'hui plus que jamais, le nerf de la guerre pour les marques de mode c'est l'argent. Tout simplement. Autrement dit, comment faire pour dépenser moins qu'autrefois, réduire ses coûts et notamment en ce qui concerne l'élaboration des collections », estime-t-elle. Et de souligner la nécessité pour les créatifs d'intégrer cette problématique : « Longtemps, ils ont élaboré des plans de collection bien trop coûteux. Dans ce métier, on a toujours l'impression qu'il manque quelque chose, qu'on pourrait rajouter un modèle, une couleur... et à la fin cela produit une collection monstrueuse », explique celle qui a fondé sa marque de prêt-à-porter en 1980 et l'a pilotée pendant une trentaine d'années avec succès.

Pour elle, la difficulté est telle aujourd'hui pour les marques de mode qu'il est impératif de penser son plan de collection à l'aune des difficultés du secteur. « Les boutiques multimarques n'achètent que du sûr dans le contexte actuel. Elles ne misent pas sur un produit qui ne soit pas déjà descendu dans la rue. On nous a dit que le cycliste serait un best-seller... avec le résultat que l'on connaît. Personne n'a voulu se lancer là-dedans !", s'amuse-t-elle.

Aux jeunes marques, Irène Van Ryb recommande la concentration du plan de collection. « Les coûts sont trop élevés lorsque l'on ambitionne de présenter un plan de collection de 45 modèles, surtout qu'aux coûts d'élaboration par le studio et les modélistes s'ajoute en parallèle le financement de la fabrication de la collection précédente ». A eux donc de s'appliquer à maximiser le nombre de clients avec un plan le plus concis possible.

Pour les marques établies, l'enjeu n'est pas moins important selon l'experte. « Tellement de marques, qui sont là depuis un moment et se battent parfois depuis une dizaine d'années, n'arrivent toujours pas à gagner de l'argent. Le plan de collection doit être l'outil qui permet de dégager plus de marge. L'équilibre dont on parle souvent c'est le 20/80, à savoir 20 % du plan de collection qui réalise 80 % du chiffre d'affaires : ce sont évidemment les reconduits, les pièces phares. Mieux vaut ne pas perdre cette proportion de vue », estime-t-elle.

Et de préciser que, selon les profils de marques, les besoins de pièces dites d'image ne sont pas les mêmes. Sans volonté d'investir dans l'événementiel et la presse, ils peuvent être largement réduits, estime la créatrice. Quelques-unes suffisent pour délivrer un discours de marque. « Un plan de collection est une savante sauce qui a besoin de quelques ingrédients plus relevés seulement, dans un ensemble harmonieux », dixit Irène Van Ryb. 

Celle qui œuvre désormais pour l'école Esmod, dispensant ses enseignements aux élèves de fin de cursus, ouvre également ce questionnement sur le juste sourcing, enjeu qui suit de près celui du plan de collection. Mais aussi la présentation : « Nous savons que nous ne sommes pas dans une période où la prise de risque créative va être très forte. Une spécificité à la fois par modèle suffira, la coupe, le motif et la matière en même temps, ça n'est pas une bonne idée. Du coup, il faut apprendre à se démarquer autrement. Notamment à bien présenter sa collection. Oubliés les cintres alignés, ceux qui se sont faits une belle place ces dernières années sont ceux qui ont réussi à surprendre dans la manière dont ils mettaient en lumière les collections ». Leçon à méditer sur le prochain salon Who's Next, où certains auront certainement à cœur de sortir du lot.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterBusinessCollection
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER