×
Publicités
Par
AFP
Publié le
26 juin 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le Plaza Athénée, troisième palace parisien à fermer pour travaux

Par
AFP
Publié le
26 juin 2013

PARIS, 26 juin 2013 (AFP) - Et de trois! Après le Ritz et le Crillon, un troisième palace parisien, le Plaza Athénée, fermera ses portes à l'automne afin de boucler un vaste chantier de transformation, un scénario qu'il espérait éviter mais auquel il a finalement dû se résoudre. Malgré "tous ses efforts" pour maintenir l'activité de l'hôtel, a expliqué le Plaza dans un communiqué, le directeur général François Delahaye a dû opter pour une fermeture temporaire, "pour le confort" des hôtes du palace. Elle doit durer sept mois, du 1er octobre à début mai, a dit François Delahaye à l'AFP.

Photo: Plaza Athénée.


Le palace de l'avenue Montaigne, qui a fêté ses 100 ans fin avril, a en effet lancé en novembre des travaux pour connecter au bâtiment historique quatre immeubles mitoyens acquis récemment, soit environ 5.500 nouveaux mètres carrés.

François Delahaye explique n'avoir "pas eu trop le choix", même s'il était farouchement opposé à une fermeture. "Tous ces bâtiments que nous devons connecter entre eux sont classés et les autorités de tutelle ont estimé qu'il ne fallait pas mélanger clients et travaux", a-t-il déclaré à l'AFP. Une source proche du dossier souligne toutefois qu'il y avait aussi "des problèmes de bruit et des contraintes techniques" liés aux travaux, qui rendent une fermeture "sage".

Le montant de l'acquisition des nouveaux bâtiments n'a jamais été divulgué, mais des experts chiffrent le tout à près de 100 millions d'euros et au moins autant pour les travaux. Avec l'agrandissement, le Plaza va se doter de 14 nouvelles chambres et suites supplémentaires, passant ainsi de 194 à 208, et d'une nouvelle salle de conférences notamment. Un chantier confié conjointement à Marie-José Pommereau, à l'agence Jouin-Menku et à Bruno Moinard.

Pendant la fermeture, la clientèle sera aiguillée vers le Meurice, l'autre palace parisien du groupe Dorchester Collection détenu par le sultanat de Bruneï et qui comprend aussi le Bel Air à Los Angeles ou encore le Richemond à Genève. Quant aux 550 employés du Plaza, "tous vont conserver leur contrat", a assuré François Delahaye. "Certains seront détachés dans d'autres hôtels du groupe ou en dehors du groupe. Le but est qu'ils reviennent tous en mai", confie François Delahaye.

Entretemps, le Plaza Athénée aura vendu aux enchères une partie son mobilier, une opération confiée à la maison Artcurial et prévue début octobre.

Deux concurrents parisiens du Plaza, le Ritz (place Vendôme) et l'Hôtel de Crillon (place de la Concorde), sont déjà fermés pour travaux, le premier depuis l'été dernier, le second depuis le 31 mars, tous deux pour environ deux ans. Le Bristol, près de l'Elysée, et le Meurice, face aux Tuileries, ont eux aussi réalisé d'importantes rénovations récemment, mais sans fermer. Tous ces travaux s'inscrivent dans un contexte de recomposition du microcosme des palaces parisiens, bouleversé par l'arrivée récente de nouveaux venus exploités par des chaînes asiatiques réputées pour la qualité de leur hôtellerie. Le Royal Monceau (Raffles, chaîne singapourienne) a ainsi ouvert ses portes le premier en octobre 2010, suivi par le Shangri-La (qui inaugure cette semaine une nouvelle aile jardin) en décembre 2010 puis le Mandarin oriental fin juin 2011. On attend encore l'inauguration du Peninsula, prévue en 2014, puis d'un hôtel Cheval Blanc (groupe LVMH) dans le bâtiment de la nouvelle Samaritaine quand celui-ci ouvrira, soit pas avant 2016.

Lundi, le Royal Monceau près du Trocadéro a officiellement décroché le label "palace", rejoignant ainsi ses aînés dans le club le plus sélect de l'hôtellerie française. Treize établissements français "d'exception" détiennent désormais cette distinction créée en 2011, dont 6 à Paris (Bristol, Meurice, Plaza Athénée, Georges V, Park Hyatt Vendôme et Royal Monceau).

Par Audrey KAUFFMANN

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.