×
Publié le
2 mars 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le Printemps se sépare de son PDG, Paolo de Cesare

Publié le
2 mars 2020

Fin de règne pour le PDG du Printemps. Paolo de Cesare, qui avait pris la tête du groupe de grands magasins en 2007, a quitté son poste le 28 février dernier après un peu plus de douze ans d'exercice. Un choix décidé par le conseil de supervision du Printemps, qui est en quête d'un remplaçant capable de lui faire surmonter la crise connue par les acteurs de la distribution, et d'enclencher concrètement le renouveau de l'entreprise.


Paolo de Cesare - DR


Cette décision "fait suite au constat des difficultés rencontrées ces dernières années dans le secteur de la vente au détail, à l’international et tout particulièrement en France, et de la nécessité de mettre en place un nouveau leadership, afin d’accélérer et concrétiser le plan de développement du Printemps qui est ambitieux et grandement soutenu par ses actionnaires."
 
Le grand magasin affirme construire actuellement les bases de sa future croissance, notamment en "recentrant notre offre en magasin, en élargissant nos canaux de commercialisation via le digital, en optimisant nos coûts et en nous développant à l'international". Côté e-commerce justement, le Printemps doit prochainement dévoiler son premier site marchand. Un projet de longue date qui prend enfin corps.

Et sur le plan de l'export, où il n'est plus présent depuis 2017, le groupe a récemment nommé l'Italien Mauro Grimaldi (ex-Emilio Pucci) à la direction générale de Printemps International, pour mener à bien son objectif d'ouvrir cinq à dix magasins en dehors de la France d'ici 2030, dont deux inaugurations à Doha en 2020 et à Milan l'année suivante.

Le groupe Printemps, qui a généré 1,7 milliard d'euros de ventes en 2018/19, avait recruté Paolo de Cesare en 2007 au moment de la cession de la société par PPR (aujourd'hui Kering) aux nouveaux actionnaires Deutsche Bank et Borletti Group. Ce natif de Rome, qui avait auparavant passé 24 ans chez Procter & Gamble, a ensuite gardé la barre après un nouveau changement de main, à savoir la prise de pouvoir d'investisseurs qataris au capital en 2013.

Durant sa présidence, le réseau Printemps en région et à Paris a été rénové, et de nouveaux concepts ont été testés, comme celui d'abriter des enseignes au sein même des grands magasins, par exemple Uniqlo et Maisons du Monde au Printemps Nation

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com