×
Publicités
Publié le
24 mars 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le Prix LVMH dévoile ses huit finalistes

Publié le
24 mars 2022

Trois labels masculins, trois féminins, un unisexe et un mixte, sept nationalités, quatre continents… La finale du Prix LVMH s’annonce très diversifiée avec une sélection de huit marques et neuf créateurs, dont aucun n’est basé à Paris. Ces heureux élus ont été retenus entre le 4 et 9 mars parmi 19 demi-finalistes, lors d’un showroom et sur la plateforme digitale du concours, où plus de 62.000 personnes ont pu participer au vote en choisissant leur candidat préféré.


Les finalistes de la 9e édition du Prix - LVMH

 
"Cette demi-finale a permis de découvrir le travail des designers sélectionnés. Je veux saluer leur talent et leur enthousiasme, et je tiens à tous les féliciter. J’ai particulièrement apprécié nos moments d’échanges, et ai été conquise par leur inventivité, leur manière de mettre en scène savoir-faire et artisanat, ainsi que par leurs réflexions sur les enjeux environnementaux", commente Delphine Arnault, fille du PDG du groupe de Luxe Bernard Arnault et à l’initiative de ce prix pour créateurs émergents qu’elle supervise depuis son lancement en 2014.
 
"Cette année, les designers qui accèdent à la finale du Prix LVMH sont issus du Canada, de Corée du Sud, des États-Unis, d’Irlande, du Japon, du Nigéria et du Royaume-Uni. L’ensemble du jury et moi-même serons très heureux de les accueillir lors de la finale à la Fondation Louis Vuitton", poursuit Delphine Arnault sans dévoiler la date de la finale.

L’Europe se taille la part du lion, et en particulier le Royaume-Uni, avec Londres comme locomotive pour la créativité, telle que l’illustre Knwls, lancée en 2017 par l’anglaise Charlotte Knowles  avec le canadien Alexandre Arsenault. Avec ses silhouettes sexy et très féminines, la styliste, qui à l’origine avait donné son propre nom à la marque -rebaptisée récemment en ne retenant que les consonnes-, se taille déjà un certain succès auprès des célébrités. Spécialisé dans un menswear précieux et inventif où s’entrechoquent passé et futur, Steven Stokey Daley, originaire de Liverpool, a constitué sa marque S.S. Daley en 2020 et est considéré comme l’une des étoiles montantes de la scène mode londonienne.  
 
L’irlandaise Róisín Pierce est, elle, basée à Dublin, où elle s’est diplômée auprès du National College of Art and Design et a créé son label en 2019 se focalisant sur la broderie anglaise et les techniques traditionnelles de la lingerie du 19ème siècle, qu’elle revisite dans des collections entièrement blanches. Elle s’est déjà distinguée dans un concours, le 34e Festival de Hyères en 2019, où elle a remporté le tout premier prix des Métiers d’art promu par Chanel et le prix du public–ville d’Hyères.
 
L'anglo-nigérian Ineyie Tokyo James a fondé sa maison Tokyo James à Lagos en 2015, se partageant entre l’Afrique et Londres, où il défilait jusqu’à l’an dernier avant de se transférer cette année sur les podiums de la Fashion Week de Milan. Dans ses créations, la tradition des tailleurs de Savile Row se mélange au savoir-faire artisanal africain.

Un autre anglo-nigérian figure parmi les finalistes de ce Prix LVMH, c’est Idris Balogun, qui est né au Nigéria et a grandi au Royaume-Uni, mais a implanté sa marque, Winnie New York, aux Etats-Unis, où il a étudié et travaillé entre autres pour Tom Ford. Il réinterprète lui aussi les classiques du menswear, s’inspirant des techniques apprises à Savile Row.
 
L’autre finaliste américain, est Erl, le label californien du touche-à-tout Eli Russell Linnetz. Photographe, designer et directeur artistique, il a collaboré notamment avec Kanye West et Lady Gaga, et s’est fait repérer par Rei Kawakubo et Adrian Joffe de Dover Street Market.
 
Enfin, la sud-coréenne Ashlynn Park, représente l’Asie, mais elle est installée à New York avec son label Ashlyn. Elle est notamment influencée par le design japonais -elle a travaillé pour Yohji Yamamoto- travaillant sur la silhouette de manière à la fois rigoureuse et inventive. Originaire d’Hiroshima, le japonais Ryunosuke Okazaki se distingue quant à lui par des créations sculpturales avant-gardistes, sa marque RyunosukeOkazaki étant connue pour son design futuriste aux volumes géométriques audacieux.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com