×
Publicités
Par
AFP
Publié le
24 oct. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le recyclage du plastique reste un "mythe", avertit Greenpeace

Par
AFP
Publié le
24 oct. 2022

Les taux de recyclage du plastique sont en déclin aux Etats-Unis, tandis que la production est en hausse, selon un rapport publié lundi par Greenpeace USA, qui a qualifié de "fiction" l'existence d'une économie circulaire du plastique vantée par l'industrie.


Le recyclage du plastique reste un "mythe", avertit Greenpeace Des déchets plastiques à Washington en mars 2019. - AFP



Selon cette analyse, les foyers américains ont généré 51 millions de tonnes de déchets plastiques en 2021, dont seulement 2,4 millions de tonnes ont été recyclées.

La tendance est à la baisse notamment depuis que la Chine a cessé d'accepter les déchets plastiques de l'Occident en 2018, et du même coup d'en recycler une partie. De plus, les prix de production du plastique baissent sous l'effet d'une industrie se développant rapidement.

"Les groupes industriels et les grandes entreprises ont poussé pour présenter le recyclage comme une solution", a expliqué à l'AFP Lisa Ramsden, de Greenpeace USA. "En faisant cela, ils ont esquivé toute responsabilité", a-t-elle ajouté, citant des entreprises comme Coca-Cola, PepsiCo, Unilever et Nestlé.

Selon Greenpeace USA, seulement deux types de plastiques sont acceptés dans la plupart des 375 centres de récupération de matériaux du pays.

Le premier est le polyéthylène téréphtalate (PET), communément utilisé pour les bouteilles d'eau et de soda, et le deuxième est le polyéthylène haute densité (PE-HD), utilisé par exemple pour les bouteilles de shampoing ou les produits ménagers.

Ces deux types sont catégorisés numéros 1 et 2, selon les standards utilisés, qui comptent au total sept sortes de plastiques.
Mais être recyclable en théorie ne veut pas dire que les produits sont effectivement recyclés.

Selon le rapport, le PET et PE-HD avaient des taux de reconditionnement de 20,9 et 10,3% respectivement -- deux nombres en baisse par rapport à la dernière enquête de Greenpeace USA en 2020.

De plus, les plastiques de type 3 à 7 -- qui incluent les sacs plastiques, les jouets d'enfants, les emballages de yaourts... -- étaient reconditionnés à des taux inférieurs à 5%.

Même s'ils portent le symbole indiquant un recyclage possible, ces produits utilisant les plastiques 3 à 7 ne sont en réalité pas assez recyclés pour permettre d'être classés comme tel par la Federal Trade Commission (FTC).

Intenable économiquement



Selon le rapport, la pratique du recyclage du plastique ne fonctionne pas pour cinq raisons.

D'abord parce que la quantité de déchets plastiques est telle qu'il est extrêmement difficile de tous les collecter.

De plus, même s'ils étaient tous récupérés, puisque ces déchets ne peuvent pas être recyclés ensemble, cela rendrait en pratique "impossible de trier des milliers de milliards de produits", selon le rapport.

Troisièmement, les processus de recyclage du plastique sont eux-mêmes nocifs pour l'environnement, exposant les travailleurs à des produits chimiques et générant des micro-plastiques.

La quatrième raison est que ces plastiques recyclés ne peuvent pas être réutilisés pour contenir de la nourriture, à cause des risques de toxicité.

Enfin, le recyclage coûte trop cher, selon l'ONG. "Les plastiques neufs sont en compétition directe avec les recyclés", et les premiers "sont bien moins chers à produire, pour une meilleure qualité", souligne le rapport.

Lisa Ramsden a appelé à privilégier des contenants non plastiques pouvant être réutilisés, et à ce que les sociétés soutiennent un traité international sur le plastique, dont l'élaboration a été lancée cette année par l'ONU.

Elle a souligné que le problème concernant le recyclage du plastique était unique, et ne s'appliquait pas aux cartons ou métaux.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.