×
Par
AFP
Publié le
7 mars 2010
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le retour des cavalières chez Dior, structure africaine chez Lanvin

Par
AFP
Publié le
7 mars 2010

PARIS, 5 mars 2010 (AFP) - Elle arrive en chapeau de cavalière et cape en cuir chocolat: Karlie Kloss, mannequin vedette de Dior, a ouvert vendredi 5 mars le défilé de la marque pour l'hiver prochain, sur le thème des cavalières déjà adopté par son styliste John Galliano lors de la haute couture en janvier.


Un mannequin porte une création de John Galiano pour Dior, le 5 mars 2010 lors des collections de prêt-à-porter pour l'hiver prochain à Paris. Photo : AFP

Des tenues d'équitation avec tweeds, jodhpurs et casquettes, mais aussi des robes-chemises en mousseline et dentelle, fines et transparentes.

"Je voulais créer un luxe nouveau, un nouvel amant pour faire la cour à cette séduisante libertine", explique M. Galliano, qui puise dans le 18ème siècle, notamment ses imprimés ou ses bas en laine chaude mais sexy.

Les pantalons se portent avec des blouses à volants, dans cette collection aux tons "proches de la terre". Pour le soir, des matières vaporeuses et des robes en soie dans des pastels doux.

Les mannequins jouent les séductrices. Elles posent devant les photographes, la main sur la hanche ou dans leur épaisse chevelure, ou faisant mine de remonter un bas en jetant un regard par en dessous.

Le styliste anglais se fait attendre, comme toujours. Eclairs, hénissements, il apparaît de dos, une main posée sur un pilier. Enfin il se retourne, en chemise dentelle sur pantalon en daim et bottes d'équitation, et ses boucles d'oreilles de pirate.

Lanvin dans la soirée a proposé un vestiaire très structuré, d'inspiration africaine selon son styliste Alber Elbaz, un continent "imaginé depuis mon canapé", avoue-t-il en coulisses. "Je suis parti de formes primaires pour privilégier la structure plutôt que le drapé, et apporter de la pureté".

"Tout le monde parle de retourner à l'essentiel, à ses racines. C'est important mais il faut rester pertinent aujourd'hui", ajoute-t-il, alors que nombre de défilés reflètent une tendance rétro ces derniers jours.

M. Elbaz privilégie les tenues pour la journée, "au-delà des simples cardigan et jupe". Et si ses mannequins portent toutes la même perruque noire avec frange, c'est pour insister sur l'individualité quand certaines femmes "se font faire le même visage, les mêmes lèvres, les mêmes coiffures".

Parmi ses morceaux de bravoure, admirés par Juliette Binoche ou Nathalie Baye, des manteaux aux épaules tombantes très volumineux, une veste gris arrondie sur les hanches avec faux cul ou des tenues cuivrées pour le soir.

Feu sur les couleurs chez Issey Miyake, dont le styliste Dai Fujiwara s'est inspiré de l'abstraction mathématique.


Un mannequin porte une création du styliste Dai Fujiwara pour Issey Miyake, le 5 mars 2010 à Paris. Photo : AFP.

Au premier rang, à la place des "people" habituels, comme Charlize Theron chez Dior, des scientifiques ont observé le spectacle, les yeux écarquillés.

"C'est ravissant", s'étonne auprès de l'AFP Joel Lebowitz, 79 ans, lauréat du prix Poincaré. "Tout à fait abstrait et géométrique".

C'est en regardant un documentaire évoquant le mathématicien américain William Thurston que le styliste japonais a vu la lumière: l'univers se composant de seulement huit formes géométriques, selon Thurston, le défi serait de concevoir une collection autour de ces formes.

Dans certains manteaux, d'énormes poches en cachent de toutes petites pour "contenir tout l'univers". Des étoles colorées autour du buste finissent par former une veste. Et des manteaux composés de carrés en organdi captent la lumière en halo autour de la silhouette, façon "ciel étoilé scintillant".Par Gersende RAMBOURG

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.