×
6 268
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
12 janv. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le Salon International de la Lingerie veut élargir ses horizons

Publié le
12 janv. 2020

L'édition de janvier 2019 avait été dure pour le Salon International de la Lingerie. Dans un contexte de recul des ventes pour ce marché en 2018 (-3,7 %), la mobilisation des Gilets Jaunes avait qui plus est refroidi la fréquentation internationale. C'est un tout autre courant qu'espère prendre cette fois l'événement BtoB dédié aux marques de dessous. D'une part, en 2019, si euphorie il n'y a pas eu pour le marché de la lingerie, il y a toutefois eu un maintien du niveau des ventes dans l'Hexagone sur les dix premiers mois, avec une amélioration relevée au second semestre comme l'a révélé notre dernier baromètre Kantar pour FashionNetwork.com.


Salon International de la Lingerie


C'est donc dans une dynamique positive que veut s'inscrire le salon, même si le mois de décembre a fait planer de nouvelles incertitudes pour le commerce en général : "On peut considérer que le marché français de la lingerie s'est maintenu en 2019, même si les chiffres portent sur les dix premiers mois de l'année. Il n'y aura semble-t-il pas de bonus en décembre, c'est même un bémol, mais dans l'ensemble c'est la stabilité qui s'annonce avec près de 2,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires", affirme Cécile Vivier, directrice marketing du salon, citant là aussi des données relevées par Kantar.

Les fortunes sont diverses selon les canaux, les chaînes spécialistes de centre-ville se renforçant, au détriment encore et toujours de la grande distribution et des grands magasins. Le web progresse, tout comme, et c'est notable, les magasins indépendants, passant de 5,2 à 5,7 % de parts de marché sur ce segment. "Il y a un renouveau du circuit multimarque, avec des formats qui ont été réinventés et des nouveaux entrants qui bouleversent l'approche du genre, mélangent mode et lingerie par exemple, mais surtout avec une force : savoir raconter des histoires dans leur magasin", s'enthousiasme Cécile Vivier.

Un changement d'attitude que le salon entend refléter, pour lui aussi se faire moins hyper-spécialiste et proposer plus de clés d'entrée. Après avoir déjà inauguré de nouveaux focus sur des segments les saisons passées - comme Exposed et sa sélection pointue à la manière d'un concept-store ayant fait des petits - l'organisateur Eurovet va plus loin cette saison et lance plusieurs univers parmi son offre globale de 380 marques.

Testé sur son pendant estival Unique by Mode City en juillet dernier, l'univers Millennials consacré aux DNVB qui s'ouvrent au marché wholesale prendra pour la première fois place sur le Salon International de la Lingerie, avec une quinzaine de jeunes labels comme Maison Louve, Cucu la Praline ou la japonaise K+1%.

Grande nouveauté également, l'espace O.R.G.A.N.I.C, dédié à la tendance écoresponsable, qui sera fortement mise en avant avec son propre forum de tendances, des ateliers de teinture naturelle animés par la manufacture Whole, et évidemment une belle sélection d'une quinzaine de marques à découvrir. Y seront notamment présentes Olly, Germaine des Prés, Moya Kala ou encore Nénés Paris.

Autre proposition pour ouvrir les perspectives de ses visiteurs : l'espace Mint, à l'entrée du salon, qui entend inspirer les détaillants notamment pour diversifier leur offre et leur merchandising. L'univers présentera tout à la fois des marques de beauté, de bijoux, d'accessoires divers et variés, mais aussi de décoration et même de surprises florales.

De nouvelles inspirations pour une édition qui, de toute façon, devait renouveler le parcours de visite. Car le Salon International de la Lingerie déménage dans un autre hall du Parc des Expositions, le 7.3, aux côtés de son pendant textile qui sera au niveau inférieur le 7.2, encore au-dessus du salon du bijou Bijohrca, et non loin de Who's Next un peu plus loin dans les allées du parc. 

"C'est une occasion pour nous de repenser la circulation dans le salon, de réfléchir à la manière de surprendre et d'amener nos visiteurs à faire de nouvelles découvertes", estime Cécile Vivier. L'organisateur Eurovet espère donc faire mieux en ce mois de janvier 2020 qu'en 2019, espérant à la fois une mobilisation des Français et de l'international, et notamment le retour des Américains qui s'étaient fait trop discrets l'année précédente.

Pour attirer le plus grand nombre, le Salon International de la Lingerie continue de faire sa révolution en matière d'image. Depuis plusieurs saisons, le rendez-vous BtoB dépoussière son image pour mieux refléter les attentes des consommatrices et une nouvelle vision de la femme. Pour cette session, l'inclusivité sera une fois encore le maître mot de la communication et des défilés du salon, incarnés par des égéries aux beautés multiples et naturelles.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com