×
5 633
Fashion Jobs
KS BEAUTE
Chef de Secteur Expert / Responsable Des Ventes
CDI · PARIS
GROUPE PRINTEMPS
Gestionnaire Des Stocks H/F
CDI · LYON
GROUPE BEAUMANOIR
Acheteur (H/F)
CDI · PARIS
RALPH LAUREN
Chargé de Développement RH (H/F)
CDI · PARIS
LANCEL SOGEDI
Responsable Approvisionnement Produits Finis et Packaging - H/F
CDI · PARIS
CHANEL
Chef de Projet Développement Outils Visual Merchandising Mode
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Montpellier Polygone
CDI · MONTPELLIER
LA HALLE
Merchandise Planner - PAP Homme (H/F)
CDI · PARIS
ABSOLUT CASHMERE
Chargé de Gestion Commerciale Wholesale (H/F)
CDI · PARIS
PVH CORP.
Stock et Visual Merchandiser Manager (M/F/X) - Tommy Hilfiger - Mcarthurglen Giverny - CDI 35h
CDI · GIVERNY
PVH CORP.
Stock et Visual Merchandiser Manager (M/F/X) - Calvin Klein - Mcarthurglen Giverny - CDI 35h
CDI · GIVERNY
SIMONE PERELE
Responsable Marketing et Communication
CDI · CLICHY
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Régional H/F
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Brest - CDI
CDI · BREST
CHILDREN WORLDWIDE FASHION C.W.F
Acheteur / Développeur Matières Annexes F/H
CDI · LES HERBIERS
COURIR
Chargé.e de Stock Studio - Paris - CDI -Temps Partiel - 25h - F/H
CDI · PARIS
COURIR
Chargé.e de Stock Studio - Paris - CDI -Temps Partiel - 20h - F/H
CDI · PARIS
TOD'S
Retail Back Office Coordinateur (H/F)_ Tod's Faubourg
CDI · PARIS
ROUJE
Chef de Produit Accessoires H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Gestionnaire Commercial et Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
SINTEL RECRUTEMENT
Chargé de Cotation Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable Administration Des Ventes (H/F)
CDI · PARIS
Publicités
Publié le
4 sept. 2022
Temps de lecture
6 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le salon Who's Next consacre une dynamique de rentrée satisfaisante

Publié le
4 sept. 2022

Non, les Eagles de Meaux, le groupe de cheerleaders qui accueillaient les visiteurs du salon parisien de la porte de Versailles le vendredi matin, ne célébraient pas l'euphorie du marché de la mode. Les impressionnantes acrobaties réalisées, comme les shows de basket freestyle, s'alignaient avec le thème de cette session de septembre qui jouait avec les codes des universités américaines et surfait sur l'engouement autour du sport. Mais dans un contexte global dans lequel il est question d'inflation et de consommateurs qui serrent les cordons de la bourse, le démarrage de l'événement B2B mode de la rentrée apportait une brise d'optimisme au-delà de sa scénographie colorée et de son entrée rappelant les couloirs d'arrivée dans un stade.


Foule à l'entrée du salon Who's Next le vendredi matin - FNW


D'abord parce qu'après plusieurs sessions en format (ultra) réduit ou contrariées par le port du masque et autres mesures préventives de lutte contre la pandémie de Covid-19, le cadre de nouveau "normal" de l'événement apportait un véritable relâchement, une simplicité dans les échanges et les sourires se voyaient dans les allées.

"Nous étions présents en janvier, c'était bien. Mais là, la première journée était vraiment très très dynamique, expliquaient Lara Noel, dirigeante de Lara Ethnics, dont l'espace se situait entre le prêt-à-porter et l'univers balnéaire. Mais c'est aussi le fruit de notre travail avec nos clients qui viennent des Dom-Tom et de l'international.


Les eagles de Meaux - FNW



"Un salon c'est aussi beaucoup de préparation en amont, confirme-t-on sur le stand de Maison Toufet. Nous avons fait plusieurs mailings à nos clients, pris des contacts et préparé nos rendez-vous". Résultat: c'était la satisfaction qui primait au sein de la griffe de souliers féminins. La griffe née en 2015 sous l'impulsion de Marion Toufet, indique avoir connu un très bon démarrage. 

Autre point encourageant: le millier d'exposants proposant du bijou, de la chaussure, des accessoires, de la beauté et bien sûr des vêtements se sont tous retrouvés sous le même hall, le numéro un, avec une lisibilité des univers et une véritable facilité de circulation.

"C'est un bon choix d'avoir tout regroupé dans un seul hall, cela peut nous amener plus de potentiels clients, explique Olivier Criq, PDG de MCC (Notshy, Absolut Cashmere). Le salon est animé et démarre bien, mieux que l'an dernier, la fréquentation est bonne, avec beaucoup de Français et quelques européens".

"La circulation est réussie, nous sommes tous ensemble, et la sélection de marques intéressante. Nous avons reçu beaucoup de monde sur le stand vendredi, confirme Philippe Corbin chez Léon & Harper. C'était un peu plus calme samedi car les détaillants étaient dans leur boutique en ce premier week-end de rentrée."


FNW


Côté offre, c'était l'autre bonne surprise de ce salon: les marques ont travaillé leurs collections afin de se démarquer, osant la couleur, les imprimés, les matières...Avec l'augmentation des prix que toutes ont dû appliquer. "Nous venons sur l'ensemble du salon et nous regardons vraiment tout, explique Nathalie Samsom Friedlander, cofondatrice du multimarque haut-de-gamme Brand Bazar. Il y a toujours des pépites à découvrir en fond de hall et dans l'offre de marques qui ne sont pas encore reconnues".

Et entre le travail de fond réalisé par les marques établies, les approches responsables présentes sur l'espace Impact, les concepts de la Villa Beauté, les collections d'acteurs internationaux, comme les créations proposées par le groupe de marques taïwanaises présentes à proximité d'un espace conférence imaginé comme un stade de football américain, la diversité de propositions était au rendez-vous.


FNW


Présente sur l’espace Ulule dédié aux jeunes structures, Thalie Moliner note une présence forte de la presse et d’agents, mais une certaine timidité des acheteurs. "On est vraiment dans un cadre bienveillant, et c’est l’occasion de rencontrer d’autres créateurs avec lesquels on était déjà en contact", explique la créatrice de la marque de shorts de bain masculins en plastiques méditerranéens recyclés, Calanque Swimwear.

"Ce qui surprend quand même beaucoup d'acteurs, c'est que les prix ont augmenté dans toutes les catégories de produit. Nous, nous avons essayé de maîtriser cette hausse, mais c'est réellement un point important pour certains dans leurs choix", analyse-t-on du côté de la marque espagnole de prêt-à-porter Skatïe.

Chez la griffe de maroquinerie Nat&Nin, le vendredi s'est révélé être une bonne journée de travail, mais le samedi plus calme pose un certain nombre de questions. "Soit le salon arrive trop tard dans la saison, soit trop tôt. Et avec la rentrée scolaire qui vient d'avoir lieu, le salon Maison & Objet qui se tient un peu plus tard, alors qu'avant il se tenait aux mêmes dates, cela joue sur la présence des acheteurs", indique-t-on sur le stand. Et cette saison la marque teste une nouvelle formule en opérant sur deux stands distincts: l'un pour présenter sa collection printemps 2023 et l'autre pour présenter l'hiver 2022/2023 aux magasins qui souhaiteraient prendre des commandes tout de suite. La question est bien d'apporter la réponse la plus adaptée aux attentes des multimarques.


FNW


Enfin, la plupart des exposants ont pu retrouver leurs clients mais aussi signer avec des prospects. Et que, malgré tout, cet indicateur-là reste clé pour les marques qui jouent la carte des salons physiques.

Tous les espaces n'ont pas connu la même dynamique. La zone dédiée à Impact et ses solutions durables a semble-t-il été un peu moins visitée que lors des précédentes éditions. Venue de Corée du Sud pour présenter les procédés de fabrications écoresponsables en marque blanche Supportex, la dirigeante Anny Ann perçoit ainsi une activité satisfaisante, notamment le dimanche. Mais sur une édition qu’elle ressent comme plus ralentie que lors de sa première participation, en septembre 2021.


FNW


Toutefois, la journée du dimanche s’est avérée plus active que la veille, selon les exposants rencontrés ce jour. "C’est une ambiance de travail et d’échanges particulièrement stimulante", se félicite ainsi Bianca Benloukil, fondatrice de la marque néerlandaise Rainodd. Installée dans l’espace Impact, elle y propose des ponchos design réalisés en plastiques recyclés, inspirés de son séjour à Bali.

En revanche les espaces dédiés au prêt-à-porter et à l'accessoire ont connu une belle présence des acheteurs, notamment des grands magasins et de nombreux multimarques premium français, qui selon les échos collectés sur le salon n'avaient pas réduit leur budget d'achat. La marque de prêt-à-porter coloré Frnch Paris glissant par exemple qu'il s'agissait de sa meilleure saison sur le salon, et Lemasson Paris soulignant avoir un premier client new-yorkais sur le Who's Next.


FNW


Chez Cotélac, qui fait son retour sur le salon après plusieurs années d'absence, des contacts ont été noués avec des visiteurs européens mais aussi venant du grand export, à savoir "des Dom-Tom, du Canada et des États-Unis".

Chez Red Legend, spécialiste du denim marseillais qui revendique notamment un fil italien et des matières françaises, le salon était aussi positif, avec la signature de nouveaux clients venus d'Irlande mais aussi d'Italie et même du Japon.

C'est pourtant une exception, le visitorat restait en effet encore très français et européen. Et les marques attendent toujours le retour des acheteurs du grand international, en particulier des Asiatiques qui par le passé pouvaient valider des commandes importantes.


FNW


Après cinq ans d'absence sur le salon Who's Next, Bangle Up, la marque de bijoux reprise en février dernier par Emmanuel Venot, revenait d'ailleurs avec une stratégie très spécifique. "Nous voulons toucher une clientèle plus nationale et surtout plus spécialisée dans notre domaine, celui de la mode", indique Emmanuel Venot. Dans quelques jours Bangle Up participera au salon Maison & Objet, un salon sur lequel elle cible cette fois les visiteurs internationaux. 

Ce lundi, le salon se conclut en fin d'après-midi.

La rédaction
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com