×

Le showroom Sphère accueille de nouveaux labels plus structurés

Publié le
24 févr. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Sphere, qui a pris la suite de Designers Apartment, s’ouvre à des marques internationales et met l’accent sur des jeunes talents disposant d’une organisation un peu plus structurée. En ces temps de compétitivité accrue, le nouveau showroom de la Fédération de la Haute Couture et de la Mode inauguré en janvier fait évoluer son format pour garantir aux acheteurs, au-delà de la créativité, des collections plus abouties et commercialisables. A découvrir du 26 février au 3 mars au Palais de Tokyo.
 

Un look signé Germanier pour l'été 2020 - ©Jason Lloyd Evans


Huit marques ont été retenues pour cette nouvelle session : Alexandre Blanc, Boyarovskaya, Ester Manas, Germanier, Kenneth Ize, Rier, Sadaels et Thebe Magugu. Cinq d’entre elles sont inscrites aux calendriers officiels de la Fashion Week de Paris, en défilé ou en présentation. Plusieurs ont par ailleurs été short-listées dans les grands concours de mode. Comme le précise la Fédération dans un communiqué, "chaque marque sélectionnée doit avoir une structure autonome avec son équipe commerciale et presse notamment", la sélection s’opérant sur des critères de "créativité et de potentiel de développement".
 
Le showroom est également plus ramassé, accueillant huit à neuf marques contre une douzaine et plus par le passé. Sur les neuf marques présentées le mois dernier, seules Boyarovskaya, Ester Manas et Sadaels, ayant intégré la plateforme il y a quelques saisons, présentent leur collection à nouveau dans cette nouvelle session. Mossi, Gamut et Egon Lab, présents depuis à peine deux saisons, ainsi que Simon Lextrait, Kits, Mansour Martin et Blue Marble, qui avaient intégré la plateforme en janvier, ne font pas partie de la sélection de février. "Mais ils continuent d'être accompagnés au sein du dispositif", nous précise-t-on au sein de la FHCM.

Parmi les nouveaux entrants, la plupart sont déjà connus du milieu. A l’instar des deux designers africains Thebe Magugu et Kenneth Ize. Le premier, originaire d’Afrique du Sud et basé à Johannesburg, a remporté le prestigieux prix LVMH 2019 ; le deuxième, qui était finaliste du même prix l’an dernier, le Nigérian Kenneth Izedonmwen, passé par l’Université des arts appliqués de Vienne, a intégré la Fashion Week cette saison avec un défilé en ouverture de la Semaine parisienne, le lundi 24.
 
Germanier a été lancé en 2018 par le Suisse Kevin Germanier, originaire du canton du Valais. Finaliste du concours de l’Andam en 2018 et du prix LVMH l’année suivante, le jeune styliste passé par Louis Vuitton (maroquinerie) s’est fait plus que remarquer ces trois dernières années, séduisant Björk, Beyoncé ou Lady Gaga avec sa couture glamour réalisée entièrement à partir de matières récupérées. 


Alexandre Blanc est l'un des cinq nouveaux créateurs à intégrer Sphere cette saison - DR


Alexandre Blanc est connu du sérail aussi. Passé par l'école d'arts appliqués des Arènes, à Toulouse, dont il est originaire, il est ensuite monté à Paris pour intégrer l'école Duperré, puis l'Institut Français de la Mode. Après une longue expérience dans le luxe (Balenciaga, Carven, Yves Saint-Laurent, Jil Sander Navy ou encore Oscar de la Renta), le styliste s’est lancé en solo début 2019 en ouvrant une maison à son nom, proposant une silhouette très féminine presque couture.
 
Rier a été fondée par Andreas Steiner, qui s’est lancé en propre en 2018 après sept ans passés chez Prada et près de deux ans chez Louis Vuitton. Transféré depuis à Paris, où il présente ses collections, l’italien originaire du Haut-Adige puise dans son héritage tyrolien pour proposer des vêtements haut de gamme revus dans un esprit contemporain.
 
Cette sélection au sein de Sphere permettra à ces huit marques de bénéficier d’un soutien "en amont des sessions de vente et tout au long de l’accompagnement d’une équipe de professionnels, tout comme de divers services (partenariats professionnels) incluant financement, formation, soutien logistique", explique la FHCM, en spécifiant que "les marques sont accueillies gracieusement et sans prise de commission". Les créateurs gagneront aussi en visibilité "dans le réseau de la Fédération, tant d’un point de vue institutionnel que communicationnel".

"Une part du showroom est financée directement par la Fédération afin de pouvoir accueillir des marques internationales présentant à Paris dans le cadre de ses calendriers officiels, l’autre partie est prise en charge par le DEFI, soutien continu pour les opérations de promotion et de soutien des marques émergentes", conclut l’organe de la mode française.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com