×
Publicités

Le sourcing durable devient stratégique pour la mode, selon McKinsey

Publié le
today 21 oct. 2019
Temps de lecture
access_time 5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Chaque année, l’offre de vêtements écoresponsable se multiplie par cinq, mais la part de marché reste très faible avec moins de 1 % de produits lancés au premier semestre 2019 labellisés comme « durables » . Si l’approvisionnement durable est devenu une priorité stratégique pour les marques, sa mise en place semble plutôt compliquée, comme l’illustre une enquête de McKinsey qui met en avant la nécessité d’une transformation radicale de l’industrie de la mode.
 

La mode doit repenser son approvisionnement - McKinsey & Company


Le cabinet de conseil a interrogé 64 directeurs des achats qui, ensemble, représentent plus de 100 milliards de dollars en termes de valeur de sourcing. Il s’est adressé aussi à des experts et des consommateurs aux Etats-Unis et en Europe, complétant ce rapport intitulé « Le nouveau must-have de la mode : un approvisionnement durable à grande échelle » (Fashion’s new must-have: sustainable sourcing at scale) en s’appuyant sur les analyses des détaillants de mode en ligne réalisées par la société de recherche Edited.

"La grande majorité des personnes interrogées s’attend à ce que le secteur adopte un modèle beaucoup plus durable d’ici à 2025. Elles prévoient une utilisation plus large de matières durables, une empreinte écologique améliorée, une transparence accrue ainsi que des relations renforcées avec les fournisseurs et les pratiques d’achat. Cependant, la plupart des entreprises devront modifier radicalement leurs pratiques actuelles si elles veulent répondre à des attentes aussi audacieuses", notent les chercheurs de McKinsey, en pointant le manque "de langage commun en matière d’approvisionnement durable et de normes communes dans ce secteur".

Cette transformation est d’autant plus urgente que l’industrie de la mode est en train de changer son modèle en s’orientant vers un sourcing plus flexible et axé sur une demande toujours plus volatile, en prise avec un environnement instable et en mutation rapide, comme l’a illustré l’aggravation des tensions commerciales liée au conflit entre les États-Unis et la Chine, avec pour conséquence des changements de pays dans l’approvisionnement en vêtements.

La Chine perd du terrain en matière d'approvisionnement


 
Pour les Etats-Unis, en particulier, la recherche de fournisseurs alternatifs à la Chine est devenue une préoccupation majeure. Actuellement pour le secteur de la mode, les fournisseurs principaux restent la Chine, suivie par le Bangladesh, le Vietnam et l'Inde. La part de la Chine et de Hong Kong dans le total des vêtements exportés dans le monde a diminué de façon continue depuis 2013. Et une nouvelle réduction est à prévoir. Le Bangladesh et le Vietnam seront les principaux bénéficiaires de la crise entre la Chine et les Etats-Unis, note l'étude.
 
La plupart des marques sont en train de se préparer à la bataille du sourcing responsable, qui devra se jouer rapidement et à grande échelle, en exploitant les innovations technologiques, les normes, les processus, les matériaux et la communication. Le rapport McKinsey relève quatre priorités.

Le premier concerne les matières et les produits sourcés. D’après cette enquête, la plupart des responsables achats aspirent à s’approvisionner en matières durables au moins pour la moitié de leurs produits d’ici à 2025. Un processus difficile à mettre en place, notamment en raison de la disponibilité, du coût et de la qualité des matières.
 

Les priorités des directeurs d'achat en matière de sourcing - McKinsey & Company


Le deuxième point concerne la transparence et la traçabilité. Les entreprises de confection subissent de plus en plus de pressions pour rendre transparents leurs processus sur leurs chaînes d'approvisionnement et pour partager cette information avec les consommateurs, mais peu y parviennent. Le rapport de McKinsey démontre que la volonté est là, même si la mise en pratique est complexe.
 
Troisième axe, la relation avec les fournisseurs, qui doit se transformer en partenariat stratégique. Les deux tiers des directeurs des achats estiment que cette relation deviendra probablement un élément essentiel dans la notation de leurs fournisseurs. Cela devrait encourager les fabricants de vêtements à investir de manière proactive dans le développement durable, le bien-être des travailleurs et des salaires équitables.

Jusqu'à 5 % d'augmentation des coûts


 
Enfin, le dernier point se focalise sur la manière de réinventer les pratiques d'achat. Faire du sourcing durable a des conséquences importantes sur ces pratiques, de la planification à la négociation en passant par la passation de commandes. Les deux tiers des responsables achats interrogés s'attendent à ce que les achats durables augmentent de 1 à 5 % les coûts, la plupart reconnaissant qu'il s'agit d'un investissement en vue d'un avantage concurrentiel.
 
L’ancien modèle consistant à passer continuellement d’un pays fournisseur à bas coût à un autre n’apparaît plus comme une priorité, d’autant que les écarts de coûts entre les pays se sont réduits et que les marques doivent faire face à une demande accrue de produits durables de la part des consommateurs.
 
En revanche, l’accent n’a pas été mis suffisamment de la part des entreprises de mode sur l’amélioration des processus. "Il existe donc une marge considérable pour améliorer les coûts, la rapidité, la flexibilité et la durabilité du développement des produits de bout en bout et des processus d'approvisionnement dans l'industrie du vêtement", notent les auteurs de l’enquête. A commencer par la digitalisation des processus qui se révèle un facteur d’amélioration indispensable pour les responsables achats.
 
Reste enfin à communiquer sur les avancées en matière d’approvisionnement durable. Mais là encore, la tâche semble ardue comme le souligne Edwin Keh, PDG de l'Institut de recherche sur les textiles et l'habillement de Hong Kong : "Nous n'avons pas encore le vocabulaire ou le langage pour expliquer ce que nous faisons au niveau des consommateurs".
 
En conclusion, les enquêteurs de McKinsey estiment que "les fournisseurs de vêtements du monde entier devront s’approvisionner de manière durable à l’échelle mondiale au cours des cinq prochaines années et que la demande des consommateurs en matière de mode durable augmentera rapidement. En même temps, la pression sur les marges nécessitera une amélioration de l'efficacité des processus de la part des entreprises".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com