×
Publicités
Publié le
14 déc. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le Tanneur n'a pas renoncé à son internationalisation malgré la crise

Publié le
14 déc. 2020

Sous l’impulsion du groupe Tolomei, son actionnaire majoritaire depuis fin 2017, la marque française de maroquinerie Le Tanneur cultive une ambition, celle de monter en gamme. Aussi bien visible dans l’offre que dans le réseau de distribution, cette "premiumisation" se retrouve également dans le choix des partenaires internationaux. Car depuis quelques mois, Le Tanneur se développe à l’export, une première pour la marque fondée en 1898, jusqu’ici très franco-française. Parmi les 33 boutiques que compte aujourd’hui la griffe, une seule se situe en Belgique.  


Grand sac hobo en cuir grainé de la ligne Madeleine, fabriquée en France (890 euros) - Le Tanneur


Mais depuis quelques mois, un vent nouveau souffle sur ce réseau. "Nous avons conçu un nouveau concept de boutique baptisé «La maison». Le premier magasin mis sous ce format est celui de la rue Caumartin à Paris. Il s’agit d’un choix stratégique puisque cette boutique est à cinq minutes de nos bureaux. Cela nous permet de la faire facilement visiter à nos clients. Notre boutique de Vélizy (Yvelines), qui a d’ailleurs changé d’emplacement, est également sous ce format depuis octobre et depuis quinze jours, c’est également le cas de celle de Lyon Part-Dieu", détaille Christian Rondelet. Ancien directeur Europe, Moyen-Orient, Afrique et Amérique latine de Lacoste où il a officié durant vingt-cinq ans, l’homme a été nommé en juillet 2019 directeur général adjoint de la marque Le Tanneur. 

Pour accompagner ce renouveau des boutiques, les uniformes des vendeurs ont été revus. Et pour accueillir au mieux les clients, le personnel va bénéficier de formations sur les produits, mais aussi auprès d’un maître maroquinier.

Forte d’une offre qui a entamé son repositionnement dès 2018 (augmentation des pièces fabriquées en France, nomination en octobre dernier d’un directeur artistique en la personne de Yasu Michino...) et d’un nouveau concept de boutique, la griffe Le Tanneur, qui réalise 90% de ses ventes en France, part à la conquête de l’international.

Elle a récemment ouvert en Espagne deux corners de 30 mètres carrés au sein de magasins Corte Inglès à Barcelone et Palma. Un troisième sera ouvert en 2021 à Madrid. La griffe s’installe également au sein de KaDeWe à Berlin, et cultive des ambitions en Corée avec un partenaire spécialiste du luxe. Versant digital, Le Tanneur a internalisé et relooké son e-shop en février dernier et travaille sur un projet de marketplace.

La boutique Le Tanneur de la rue Caumartin qui arbore le nouveau concept magasin baptisé La Maison


En 2019, la marque, qui compte, en plus de ses boutiques, 250 revendeurs et une centaine d’emplacements en grands magasins (dont six concessions), a réalisé un chiffre d’affaires de 22,2 millions d’euros. Avec la crise sanitaire et la fermeture des magasins pendant plus de trois mois, les ventes de 2020 devraient être un peu en deçà, indique Christian Rondelet. "La fermeture des magasins a évidemment généré un trou dans la trésorerie. Mais nous avons la chance d’appartenir à un groupe qui nous soutient et qui va bien. La crise n’a absolument pas changé nos projets et nous poursuivons la montée en gamme de Le Tanneur ".
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com