×
5 788
Fashion Jobs
CONFIDENTIEL
Pharmaciens H/F
CDI · PARIS
GROUPE PRINTEMPS
Coordinateur Marketing Commercial et Services Réseau H/F
CDI · PARIS
GROUPE PRINTEMPS
Coordinateur Commercial Printemps Haussmann H/F
CDI · PARIS
SPARTOO.COM
Responsable Commercial France jb Martin / Christian Pellet - H/F
CDI · PARIS
CLAUDIE PIERLOT
Responsable Industrialisation et Qualité Façon H/F
CDI · PARIS
SPARTOO.COM
Responsable Des Marques jb Martin / Christian Pellet - H/F
CDI · GRENOBLE
CONFIDENTIEL
Responsable Logistique (H/F)
CDI · PARIS
CCLD RECRUTEMENT
Manager Des Ventes Lyon (69) H/F
CDI · LYON
EDEN PARK
Coordinateur Export (H/F)
CDI · PARIS
GROUPE BEAUMANOIR
Directeur(Trice) Regional(e) (H/F)
CDI · ANGERS
ERIC BOMPARD
Business Analyst H/F - CDI
CDI · PARIS
GALILEO GLOBAL EDUCATION
Chargé(e) Placement Stagiaires - Paris School of Business
CDI · PARIS
UNDIZ
Chef de Marché International Junior H/F
CDI · CLICHY
DCM JENNYFER
Chef de Projet IT (H/F)
CDI · SAINT-OUEN
GROUPE PRINTEMPS
Contrôleur de Gestion Digital / Senior Business Analyst H/F
CDI · PARIS
TEXEUROP
Acheteur(se) / Chargé(e)e de Portefeuilles Clients
CDI · WAMBRECHIES
GROUPE PRINTEMPS
Responsable Recrutement et Mobilité Fonctions Support H/F
CDI · PARIS
GROUPE PRINTEMPS
Directeur Régional Citadium H/F
CDI · PARIS
DIRAMODE PIMKIE
Juriste Droit Des Affaires H/F
CDI · VILLENEUVE-D'ASCQ
DIRAMODE PIMKIE
Juriste Droit Des Affaires H/F
CDI · VILLENEUVE-D'ASCQ
CCLD RECRUTEMENT
Manager Des Ventes Marseille (13) H/F
CDI · MARSEILLE
CCLD RECRUTEMENT
Manager Des Ventes Marseille (13) H/F
CDI · MARSEILLE
Publicités
Par
AFP
Publié le
10 mars 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le travail dominical de nouveau autorisé pour les magasins de bricolage

Par
AFP
Publié le
10 mars 2014

Les magasins de bricolage pourront ouvrir le dimanche en toute légalité après la publication d'un nouveau décret les autorisant à déroger au repos dominical de manière permanente, mais les syndicats entendent poursuivre leur combat en déposant un nouveau recours auprès du Conseil d'Etat.

Photo d'archive de l'enseigne Bricorama à Lille le 3 janvier 2014. Photo AFP Archives.


Le Journal officiel a publié samedi le décret du ministère du Travail autorisant les commerces de détail de bricolage à ouvrir le dimanche en dérogation de droit au repos dominical sans limite de temps.
Dès la publication du décret, des syndicats du commerce ont annoncé qu'ils déposeraient un nouveau recours devant le Conseil d'Etat.

Pour sa part, Jean-Claude Bourrelier, PDG de Bricorama, s'est dit "heureux et soulagé" de la parution du décret. C'est la CGT de Bricorama qui avait ouvert le conflit en saisissant la justice contre le travail dominical.

Retour à une concurrence normale pour Bricorama

Le décret ajoute "les commerces de détail du bricolage à la liste des catégories d’établissements bénéficiant d’une dérogation de droit en matière de repos dominical en application de l’article L. 3132-12 du code du travail".

Il abroge le décret du 30 décembre 2013 qui avait inscrit de manière temporaire, jusqu'à une nouvelle loi, les commerces de détail et de bricolage sur la liste des établissements pouvant ouvrir le dimanche.

Le 12 février, la plus haute juridiction administrative, le Conseil d'Etat, saisi par plusieurs syndicats, avait estimé qu'il "existait un doute sérieux sur la légalité" du décret du 30 décembre autorisant temporairement l'ouverture dominicale et suspendu son application.

En effet, pour le Conseil d’État, "une telle dérogation doit normalement avoir un caractère permanent, dans la mesure où elle a vocation à satisfaire des besoins pérennes du public". "Le souci d'apaiser la situation" dans l'attente d'un nouveau cadre législatif n'était pas, selon lui, un motif justifiant une dérogation.

Après ce revers, Jean-Marc Ayrault avait promis que le problème serait réglé dans les jours suivants et qu'un nouveau décret serait publié pour remplacer celui annulé par le Conseil d’État "pour des raisons uniquement de forme".

Malgré la suspension du décret, les magasins avaient continué à ouvrir le dimanche.

Le décret va permettre que "la concurrence redevienne normale", a estimé le PDG de Bricorama. "C'était complètement incroyable que Bricorama, depuis deux ans, ait fermé [le dimanche] alors que ses gros concurrents, eux, restaient ouverts", a ajouté le PDG.

"Je ne vois pas pourquoi il y avait réticence puisqu'un décret autorise l'ameublement et le jardinage à être ouvert le dimanche, s'est-il interrogé.

Mais les syndicats vont demander une suspension

Mais, le syndicat du commerce Seci-Unsa et la CGT ont d'ores et déjà indiqué qu'ils demanderaient un référé de suspension du décret puis un recours au fond demandant son annulation. Reprenant les arguments du Conseil d'Etat, ils justifient leur démarche par le fait que l'ouverture des magasins de bricolage ne vise pas à satisfaire "des besoins pérennes" et viole la loi garantissant le droit au repos dominical.

Selon Eric Scherrer, délégué représentant de Seci-Unsa, "le Conseil d'Etat ne s'est pas contenté, contrairement à ce que dit le gouvernement, de suspendre sur le fait que le décret était à durée provisoire". "Le Conseil d'Etat a répondu aussi au fond en expliquant que ce type de décret devait correspondre notamment à une demande nécessaire au fonctionnement de la société", a-t-il assuré. "Or il a conclu que ça ne correspondait pas à une demande nécessaire", selon Eric Scherrer.

Pour Karl Ghazi, délégué CGT, "le conseil dit que le repos dominical est le jour de repos commun garanti par les traités internationaux par la constitution et par la loi et que pour déroger à ce repos commun il faut des besoins pérennes".

"Le gouvernement est dans une impasse et cherche à s'en sortir par tous les moyens", juge-t-il. Selon lui, "on est dans une démarche de généralisation de l'ouverture des magasins de bricolage et autres".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Tags :
Distribution