×
6 638
Fashion Jobs
PRINTEMPS
Acheteur Chef de Produit Horlogerie H/F
CDI · PARIS
GROUPE IKKS
Chef de Projet Technique Web Senior (H/F) - CDI
CDI · SÈVREMOINE
WINNING SEARCH
Responsable Marketing et Communication - le Grand Comptoir
CDI · SURESNES
CAROLL
Merchandise Planner (H/F)
CDI · PARIS
ERIC BOMPARD
Responsable Régional H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Gestionnaire Commercial et Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
SINTEL RECRUTEMENT
Acheteur Tissus PAP Homme et Femme Luxe (H/F)
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Acheteur Tissus Collection Créateur (H/F)
CDI · PARIS
MANPOWER CABINET DE RECRUTEMENT COMMERCE MODE LUXE
Coordinateur Retail
CDI · PARIS
ERIC BOMPARD
Responsable Ressources Humaines H/F
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Manager de Vente
CDI · ORLÉANS
HUGO BOSS
Project Manager Shop Construction H/F
CDI · PARIS
ZAPA
Responsable du Contrôle de Gestion (H/F) - CDI
CDI · PARIS
PAGE PERSONNEL
Chef de Produit Chaussure H/F
CDI · PARIS
AMERICAN VINTAGE
Responsable Régional(e) Retail Nord, Paris ou Lille H/F
CDI · PARIS
LE PALAIS DES THÉS
Responsable Préparation de Commandes b to c (H/F) - Bussy-Saint-Georges
CDI · BUSSY-SAINT-GEORGES
LE PALAIS DES THÉS
Responsable Préparation de Commandes b to b (H/F) - Bussy-Saint-Georges
CDI · BUSSY-SAINT-GEORGES
FROM FUTURE
Chef de Projet Architecture (F/H)
CDI · BOULOGNE-BILLANCOURT
MANGO
Regional Retail Manager H/F
CDI · PARIS
SATELLITE PARIS
Chef de Produit Technique
CDI · PARIS
BLUE BOX
Gestionnaire de Stock Magasins Outlet H/F
CDI · L'UNION
BLUE BOX
Responsable Approvisionnement Retail H/F
CDI · L'UNION
Publicités
Par
AFP
Publié le
31 oct. 2007
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le triomphe de la ballerine, Cendrillon de la mode

Par
AFP
Publié le
31 oct. 2007

PARIS, 31 oct 2007 (AFP) - A l'heure où les grands noms de la couture inondent les podiums d'escarpins aux talons vertigineux, presque fétichistes, c'est la ballerine, ex-humble chausson de danse, qui s'impose sur le devant de la scène.


Ballerine BB Cristal de Repetto

Eva Longoria, Sofia Coppola, Kate Moss, Madonna, Lindsay Lohan, Sarah Jessica Parker, toutes ont adopté la ballerine Repetto, accessoire de mode devenu indispensable qui a fêté ses 60 ans en octobre.

"C'est un chausson, c'est comme un gant", déclare le pdg de Repetto, Jean-Marc Gaucher, qui, en quelques années, a transformé une entreprise familiale criblée de dettes en marque à la mode. Lui-même porte les souliers Repetto lacés adoptés par Serge Gainsbourg dans les années 70, puis par Mick Jagger.

A un jet de pierre de l'Opéra Garnier, la boutique Repetto est bondée de touristes en quête du dernier modèle de ballerine, tandis que de jeunes danseuses essaient des chaussons pour professionnels et que leurs mères recherchent des tutus.

"J'ai repris en voulant en faire une marque de danse", explique M. Gaucher. Quand cet ancien dirigeant de Reebok France prend les rênes de Repetto en 1999, l'entreprise fabrique une centaine de paires de souliers par jour. Aujourd'hui, elle en produit 2.000 par jour, soit 600.000 par an, avec 200 nouveaux modèles --des variations sur la ballerine -- tous les mois.

Le premier chausson de danse date de 1947. Rose Repetto conçoit alors une paire de pointes pour son fils Roland Petit, danseur et chorégraphe qui devait par la suite épouser la danseuse Zizi Jeanmaire.

La légende veut que "maman" Repetto ait créé la technique du "cousu-retourné" (semelle cousue à l'envers avant d'être retournée) à l'origine d'une douceur unique mais, d'après certains, Roland Petit, recherchant désespérément un chausson de danse parfait, aurait demandé à des ingénieurs américains de fabriquer les machines nécessaires à sa production.

Toujours est-il que moins d'une décennie après le premier exemplaire, le chausson de danse quitte la scène pour faire ses début au cinéma, aux pieds de Brigitte Bardot.

La jeune femme de 22 ans qui s'apprête à faire sensation dans "Et Dieu créa la femme" de Roger Vadim demande à Rose Repetto de lui fabriquer une paire de chaussons de danse à talon. Ces souliers rouges sont un succès immédiat --et le chausson de danse descend dans la rue.

Pendant 30 ans, le succès est au rendez-vous mais au décès de Rose Repetto, à la fin des années 80, Roland Petit vend l'entreprise qui aura désormais du mal à se maintenir à flot.

Repetto était "une marque connue pour ses chaussons de danse" mais "fabriquait des souliers pour vieilles dames", explique M. Gaucher. Pour moderniser son image, le patron conclut des accords de partenariat avec des stylistes ou des griffes tels qu'Issey Miyake, Yohji Yamamoto, Comme des Garcons. "Pour modifier l'image de la marque", il fallait qu'elle "soit à la mode au Japon et aux Etats-Unis".

L'idée marche. En 2005, Repetto célèbre la fabrication de sa millionième paire, des éditions limitées commencent à être produites pour des boutiques de mode et en 2006, l'entreprise retrouve l'équilibre financier.

Aujourd'hui, Repetto emploie 160 personnes, dont 110 sur son site de production à Saint-Medard-d'Excideuil (Dordogne) et est implanté dans 37 pays.

Pour son 60e anniversaire, la marque a demandé à 60 célébrités --dont Brigitte Bardot, Helmut Lang, Carolyn Carlson, Maurice Béjart -- de customiser une paire de ballerines qui seront mises aux enchères au profit de l'UNESCO dans le cadre d'un programme d'aide au développement par la danse.

Par Claire ROSEMBERG

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.